La Centrafrique, entre tensions sécuritaires et propagation du Covid-19

La République centrafricaine (RCA) vient d’ouvrir un nouveau front.

Concertation au sommet entre la Minusca et la présidence de la RCA

Déjà en proie à des tensions sécuritaires dans sa partie nord, ce pays de l’Afrique centrale fait désormais partie des pays touchés par la pandémie de Covid-19. Une double situation sécuritaire et sanitaire qui a justifié que les plus hautes autorités politique et onusienne en Centrafrique s’entretiennent à Bangui, le 20 mars dernier.

Mais l’échange entre Faustin Archange Touadéra, chef de l’État centrafricain, et Mankeur Ndiaye, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Centrafrique, s’est fait par vidéoconférence. Cette option a notamment été retenue parce que «trois membres de la direction de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca), dont Mankeur Ndiaye, observent une quarantaine. C’est dans le cadre des mesures préventives contre la propagation du Covid-19», a indiqué la note d’information parvenue à notre rédaction.

Des échanges entre les personnalités, il ressort que le mode de déploiement des troupes onusiennes est appelé à évoluer et à s’adapter. En plus de l’observance des consignes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du ministère de la Santé publique, la Minusca devra, jusqu’à nouvel avis, suspendre les rotations des contingents. Toutefois, la mission entend renforcer sa présence à Birao et à Ndélé, encore la cible des groupes armés. Ce d’autant que «le dimanche 15 mars dernier, lors d’une patrouille menée sur l’axe Ndélé-Birao, les Casques bleus sont tombés dans une embuscade tendue par des hommes lourdement armés qui ont ouvert le feu sur le convoi de la Force onusienne», a déploré la Minusca.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *