Cameroun : le prix des boissons mousse

Depuis le 1er mars, les prix des boissons alcoolisées et non alcoolisées connaissent une augmentation.

Le prix des boissons augmente

Les principales industries brassicoles du Cameroun ont publié ce 1er mars, la liste des nouveaux tarifs de leurs produits. Si le prix de certaines boissons reste inchangé, ce n’est pas le cas pour d’autres qui connaissent une légère augmentation.

À la Société Anonyme des brasseries du Cameroun (SABC), les augmentations sont de 25, 50 et 100  franc CFA sur des produits tels que les bières, les boissons gazeuses ou encore les boissons maltées. Pour autant, certaines à l’instar de la gamme BEAUFORT ou encore de la PELFORTH restent inchangées. C’est également le cas de tous les produits TOP ou les eaux minérales qui ne subissent pas d’augmentation.

À Guinness Cameroun S.A, l’augmentation est effective, de 50 à 100 FCFA sur la gamme GUINNESS. Cependant, cette société brassicole opère une augmentation en fonction des zones géographiques.

Ainsi, certains produits augmentent sur l’ensemble du territoire, tandis que pour certaines régions sont exonérées.

Du côté de l’Union des Brasseries du Cameroun (UCB), c’est la même augmentation sur les principaux produits.

Loi de finances

Il faut dire que cette revalorisation des prix répond à une exigence de la loi de finances 2019. Le texte voté au Parlement en décembre dernier consacre en effet une nouvelle mesure fiscale au calcul du droit d’accises auquel sont astreintes les industries brassicoles. De fait, cette nouvelle disposition aboutie sur un impact moyen allant de 70 à 115 francs CFA par bouteille actuellement vendue à 600 francs CFA.

Plus encore, cette incidence financière des droits d’accises, couplée à d’autres impôts tels que la TVA (19,25%) et le précompte de 2,2%, ont un « impact total moyen qui se situe entre 85,02 et 139,66 francs CFA par bouteille », explique la Cameroon Alcohol Producers Association (CAPA).

Cette charge fiscale, devrait entraîner « une augmentation moyenne de 100 à 150 francs CFA par bouteille, sur le prix de vente pratiqué actuellement », afin de garantir un certain équilibre financier aux producteurs expliquait alors la CAPA au ministre des Finances fin 2018.

Après quelques balbutiements depuis le mois de janvier 2019, où des détaillants ont procédé à des augmentations illégales, déclenchant des contrôles du ministère du Commerce, la nouvelle grille tarifaire est officielle et désormais en vigueur.

Bobo Ousmanou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *