Système financier : la Beac recommande la vigilance

Lors des dernières assises du Comité de stabilité financière en Afrique centrale (CSF-AC), tenues le 21 novembre dernier au siège de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) à Yaoundé, une photographie de l’état des lieux du secteur financier a été faite.

Système financier : la Beac recommande la vigilance

Au premier semestre 2017, «en dépit d’un environnement économique, monétaire et financier peu favorable, les différentes composantes du système financier sous-régional ont fait preuve de résilience grâce aux efforts combinés des Etats membres, de la banque centrale, de la Commission de la Cemac, des superviseurs et des régulateurs», rassure cette instance présidée par Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la Beac.

Analysant les risques et vulnérabilités pesant sur le système financier sous-régional, «le Comité a constaté que nombre de défis relevés sont liés à l’évolution du cadre macroéconomique». En effet, explique CSF-AC, «ce dernier continue de subir les effets défavorables de la faiblesse des cours des matières premières, avec pour conséquence la persistance de difficultés financières pour les différentes contreparties du système financier, en particulier les Etats membres». D’autant plus que la baisse des recettes pétrolières, représentant entre 25 et 85% des recettes publiques des pays de la Cemac (exception faite de la République Centrafricaine), continue de peser sur ces derniers. Dans ce contexte, «le Comité a souligné l’importance d’une vigilance accrue de tous les acteurs».

Si les initiatives prises par les Etats de la Cemac en vue de consolider les finances publiques sont à encourager, le CSF-AC a prescrit une matrice d’actions spécifiques dans le sillage des différentes actions engagées. L’unification du marché financier sous-régional est, selon lui, une opportunité efficiente à capitaliser. Aucune projection sur l’état du secteur financier sous-régional n’a été donnée au sortir de ces assises.

Identifié comme risque de (re)chute de premier niveau, le secteur financier est très étroitement scruté par le Fonds Monétaire International. L’une des épines demeurant l’amélioration du respect des règles prudentielles relatives aux principaux risques bancaires. Notamment les prêts entre parties liées, la concentration des risques, les règles d’honorabilité professionnelle des administrateurs de banque, le provisionnement des créances improductives, la modération du risque lié à l’exposition vis-à-vis des Etats membres de la Cemac.

ZRM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!