Mœurs : Un maire au tribunal !

Augustin Tamba doit répondre des accusations d’adultère, injures, mensonges, menaces de mort et calomnie.

Le maire Augustin Tamba à la barre

Voici bientôt un an que le sieur Logmo Bitjoka a saisi la justice Contre Augustin Tamba. Et toujours pas de jugement prononcé. C’est dire si l’affaire est hautement complexe. Un ex-mari cocu qui porte plainte à son ancienne tendre moitié et à son amant ou « acolyte ». Avec à la clé des implications de hautes personnalités de la République. Généraux d’armée, commissaires de police et magistrats supposés véreux sont cités. Une enfant accusée d’empoisonnement de ses frères et sœurs, à la demande de sa mère. Des procédures engagées aussi bien en France qu’au Cameroun, etc.

Jean de la Paix Logmo Bitjoka dit aujourd’hui vivre sous assistance sécuritaire de la gendarmerie nationale, en plus d’avoir engagé un garde du corps. Ce qui a un coût élevé difficile à «satisfaire pendant longtemps». La raison de ce cordon de sécurité autour de sa personne est simple. A l’en croire, son ex-femme et son amant ont décidé de l’envoyer manger le pissenlit par la racine.

Un ménage à trois qui remonte à l’époque où Logmo Bitjocka s’est épris d’amour pour dame Sandrine Fotseu Makam qu’il va prendre pour épouse. Mais courant 2011, et deux mois après leur mariage, le sieur Logmo Bitjocka finit par avoir la confirmation des soupçons qu’il nourrit envers sa femme. Mme Logmo Bitjocka entretient une relation coupable avec Augustin Tamba, l’actuel maire de la commune d’arrondissement de Yaoundé 7. C’est le bouquet ! Car dans la foulée, Jean de la Paix Logmo Bitjoka découvre également que son épouse avait déjà contracté un précédent mariage qui n’avait pas encore été dissout. Les deux époux entrent en instance de divorce et le second mariage avec Logmo Bitjoka est finalement annulé en mars 2012 pour «bigamie».

Colère noire
L’histoire aurait due s’arrêter là, si le divorce douloureux n’avait pas entrainé avec lui le fruit de cette union houleuse. La bataille entre les deux ex-conjoints va se déporter sur la garde de leur fille. Logmo Bitjoka et Fotseu Makam s’étripent et s’accusent mutuellement d’irresponsabilité. La mère accuse le père d’abandonner la fille entre les mains des nounous. Le père l’accuse en retour de tentative d’enlèvement. Et plus grave, d’avoir «manipulée» sa propre fille a fin que cette dernière l’empoisonne ainsi que tous ses frères et sœurs consanguins… Mais pour Jean de la Paix Logmo Bitjoka, son ex-tendre moitié devenue une ennemie jurée agit en complicité avec son amant, le maire Augustin Tamba. Il porte plainte pour tentative d’assassinat, entre autres.

Version d’Augustin Tamba
Approché, le maire ne nie pas avoir entretenu une relation intime avec dame Fosteu Makam. Mais, il ajoute rapidement que cela relève du passé. Puis, l’édile entre dans une colère noire et qualifie d’abord l’ex-mari cocu de « feyman ». La suite est une succession de menaces. D’abord envers sieur Logmo Bitjoka à qui il promet d’activer toutes ses relations pour en venir à bout, parce que connaissant le tout Yaoundé politique, militaire et judiciaire. Puis envers le journaliste à qui il lance, furibard : «si vous entrez dans cette affaire, je vous rentre dedans !» Des méthodes dignes de la mafia, qui intéressent la justice française où une autre plainte contre Augustin Tamba est déposée par Logmo Bitjoka. Celui-ci aurait été brutalisé et menacé par des arabes à la solde du maire de Yaoundé 7. A suivre.

Zéphirin Fotso Kamga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *