«Douala clean city» : la veille après l’éveil

Après le passage des autorités administratives et municipales sur le terrain des sites pilotes de déguerpissement et de nettoyage, les éléments de la police municipale et de la sécurité font la veillent sur le respect des mesures relatives au projet.

 

«Mardi dernier, le sous-préfet était là jusqu’à 19h. Il a même fait arrêter une commerçante en infraction qui s’enfuyait dans les couloirs et a saisi ses marchandises», déclare Aubain. Le commerçant déroule des faits de répression appliqués contre une femme peu respectueuse des mesures relatives à la nouvelle vision de la capitale économique du Cameroun.

Cette façon de faire semble porter des fruits. Sur le terrain, la rue de la liberté à Akwa Douala présente un nouveau visage. La circulation y est fluide. Aucun commerçant sur les trottoirs, pas de déchets d’ordures sur le sol. Selon des confidences, le taux d’agressions et vols a chuté considérablement. «Je n’ai jamais vu le marché chinois circuler de toute ma vie aussi librement comme c’est le cas aujourd’hui. J’ai l’impression que je rêve. Ça fait déjà plaisir de venir ici au marché. Que cette opération dure aussi longtemps afin que l’État puisse inculquer le savoir-vivre aux Camerounais. C’est une démarche à féliciter», affirme Marie, riveraine du marché chinois. «C’est incroyable. Je n’ai même pas de mot pour exprimer ce que je ressens», lance un autre riverain.

Avantages
Le déguerpissement des commerçants sur le trottoir présente des avantages tant pour les commerçants que pour les clients. «Les clients dorénavant viendront dans les couloirs faire leurs achats et l’avantage que cela présente pour nous, c’est découvrir enfin nos boutiques», laisse entendre un commerçant. «J’avais toujours l’habitude d’acheter mes marchandises sur le trottoir. Et depuis que cette opération a commencé, je suis obligée d’aller dans les couloirs. Aller dans ces couloirs m’a fait découvrir à quel point le marché est grand», explique Blandine, une cliente.

Ordures ménagères
Dans le programme «Douala clean city», il est également interdit aux usagers de jeter les ordures à même le sol. La mesure est déjà appliquée dans certains quartiers de la ville de Douala. À Deido, dans le premier arrondissement de la capitale économique par exemple, pas l’ombre d’un tas d’ordures. «Nous avons entendu qu’il y a des sanctions et des amendes à payer si jamais quelqu’un tentait de verser les ordures au sol. Afin d’éviter tout problème, je préfère garder mes ordures et attendre le passage des ramasseurs d’ordures», explique Laurentine.

L’arrêté édicté par les autorités au sujet de la propreté est clair. Il est «désormais interdit sur toute l’étendue de la ville de Douala de jeter les ordures à même le sol et d’occuper les emprises publiques pour le commerce sous peine de sanctions, d’où les amendes allant de 10.000 à 40.000 FCFA».
Et pour atteindre l’objectif escompté, l’exécutif communal veut «maintenir la pression sur le terrain. Tout le monde est appelé à jouer pleinement son rôle pour une bonne implémentation de ce programme dont le but final est de rendre à Douala ses lettres de noblesse pour plus de beauté et d’attractivité». Pour cela, des équipes sillonnent les zones pilotes au quotidien.

Diane Kenfack

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *