Cameroun-Union Européenne : Place à la 3ème Facilité du 11ème FED

Une convention de financement de près de 3 milliards FCFA visant à renforcer les capacités de certains acteurs dans la maturation des projets d’investissement, a été signée le 1er décembre dernier à Yaoundé par le Minepat et le chargé d’affaires de l’Union européenne au Cameroun.

Le Cameroun et l’Union européenne (UE) viennent de faire évoluer, en les consolidant, leurs liens de coopération économique. Une convention de financement de la Facilité de coopération technique III du 11ème Fonds européen de développement (FED) a, dans cette perspective, été signée le 1er décembre dernier dans la capitale camerounaise. La cérémonie y relative a réuni à Yaoundé et pour le compte du Cameroun, le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) et pour le Compte de l’Union européenne, son chargé d’affaires au Cameroun, Sébastien Bergeon. En présentant à cette occasion les contours de cette convention, Alamine Ousmane Mey a fait savoir que «la 3ème Facilité du 11ème FED, d’une durée de cinq ans, est dotée d’une enveloppe financière de deux milliards neuf cent cinquante-un millions de FCFA (2 951 000 000 FCFA)».

Poursuivant dans sa lancée, le Minepat a également tenu à donner des précisions sur la contribution des deux parties au financement du programme en question. Et des explications du membre du gouvernement, on retient alors, pour l’essentiel, qu’«il s’agit d’un cofinancement de l’Etat du Cameroun et de l’Union européenne. L’État à hauteur de neuf cent quatre-vingt-quatre millions FCFA et l’Union européenne à hauteur d’un milliard et neuf cent soixante-sept millions FCFA».

Contexte et retombées

Avec l’arrivée à échéance de l’Accord de partenariat ACP-UE dont les négociations du prochain accord sont en phase terminale, compte tenu aussi du remplacement prochain du FED par l’Instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale (NDICI), et eu égard, enfin, au lancement de la programmation 2021-2027 de l’Union européenne, le Cameroun espère et entend inscrire la 3ème Facilité dans la continuité de sa devancière. De la sorte, le gouvernement camerounais peut aussi travailler à l’amélioration des conditions de vie des populations, l’atteinte de cet objectif passant notamment par un développement économique inclusif, la réduction de la pauvreté et le renforcement de la bonne gouvernance.

Pour y arriver, la 3ème Facilité du 11ème FED s’articule autour de certains axes majeurs. Parmi ceux-ci, figure précisément «le renforcement des capacités de l’ordonnateur national, des ministères techniques, du secteur privé et des autres camerounais dans l’identification, la conception, la mise en œuvre, le suivi et la coordination des interventions réalisées au Cameroun par le biais des différents instruments de l’Union européenne», ont décliné les deux personnalités.

Par ailleurs, il est à noter que le programme, qui couvre la période 2021-2026, «est en alignement parfait avec la Stratégie nationale de développement 2030, confère à la maturation des projets un rôle primordial dans le cadre du renforcement des capacités de préparation du budget de l’État, et contribue à la rationalisation des choix budgétaires dans un contexte macro-économique difficile», a fait valoir Alamine Ousmane Mey. Pour sa part, le chargé d’affaires de l’UE, Sébastien Bergeon, pense que «dans le cadre du financement externe, cela permettra aussi de faciliter la constitution des dossiers de mixages des prêts-dons, un instrument-phare de notre action», a alors laissé entendre à ce sujet le diplomate européen.

2ème Facilité du 11ème FED

La cérémonie de signature de la convention de financement de la 3ème Facilité du 11ème FED, a également été l’occasion de faire le bilan de sa devancière qui s’achève en juin 2021. Mais pour le Minepat et le chargé d’affaires de l’UE, il n’est pas nécessaire d’atteindre cet horizon pour se satisfaire déjà des bons résultats obtenus. Et pour ce qui est par exemple du volet assistance technique, «diverses initiatives financées et portées par les maitres-d ’œuvre eux-mêmes, ont globalement permis aux administrations et autres acteurs, de renforcer leur expérience pratique de la maturation des projets d’investissement, aboutissant ainsi au financement ou la bancarisation en mode blending de certains d’entre eux», s’est notamment félicité, Alamine Ousmane Mey, l’ordonnateur national du FED.

Le membre du gouvernement n’a pas non plus manqué l’occasion de présenter, pour la gouverne de tous, un certain nombre de projets ayant bénéficié de ce mécanisme. Ainsi en est-il «de la voie de contournement de Yaoundé, du renouvellement de la ligne ferroviaire entre Bélabo et Ngaoundéré et du projet de financement visant l’augmentation de la capacité de production de la Sodecoton». Toutes choses qui ont justement fait dire au Minepat le 1er décembre dernier que «cet appui est un témoignage éloquent de la qualité du partenariat de longue date qui lie notre pays à l’Union européenne», a conclu à ce propos le ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire.

Théodore Ayissi Ayissi (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *