Les 6 défis de l’Afrique en 2019

Des défis d’affirmation de soi à n’en plus finir. 2019 sera l’année de la confirmation, ou bien entendu celle de l’incohérence complexe des Afriques. Pour le Foresight Africa 2019, des chercheurs et experts invités de l’Association pour les informations géographiques pensent que l’Afrique fera face à six grands défis : gouvernance, dette, mobilisation des ressources, exploitation du dividende des jeunes Africains, commerce intra-africain et investissement.

Gouvernance
Les deux principales puissances référentielles du continent, Nigéria et Afrique du Sud, connaitront au cours de l’année des scrutins électoraux d’envergure. Le président Muhammadu Buhari remettra en jeu son mandat au milieu d’une vague de mécontentements. Cyril Ramaphosa tentera le grand écart de réconciliation de l’ANC avec elle-même. Il s’agira de trouver un consensus entre l’élite économique, proche de la minorité blanche (pratiques et affaires), et les classes populaires désormais à la merci de Julius Malema. À travers ces deux géants, soit l’Afrique se propulse, soit elle est déstabilisée ! Le basculement vers une de ces hypothèses est prédestiné par le logiciel de gourvernance (corruption, quiétude sociale et péréquation des richesses, inclusion de la société civile).

Dette et mobilisation des ressources
L’Afrique fait plus que jamais face au défi d’un équilibre délicat pour soutenir la croissance économique. Un des principaux risques qui pèsent sur les perspectives de la région est ce que beaucoup craignent comme une crise imminente de la dette. Pour soutenir la croissance, de nombreux gouvernements doivent trouver un équilibre entre la mobilisation des ressources financières pour le développement économique et le contrôle de l’endettement. Il y a urgence à déterminer un consensus entre la gestion de la dette et le renforcement du recouvrement des recettes fiscales.

Exploiter le dividende des jeunes Africains
La population africaine en âge de travailler augmente rapidement, et on estime que le nombre de jeunes entrant sur le marché du travail de la région sera supérieur à celui du reste du monde d’ici 2050. Cet essor de la jeunesse représente un avantage économique potentiel. Les technologies de production économes en main-d’œuvre représentent un obstacle considérable à surmonter avant que les dividendes ne puissent être réalisés. Voilà pourquoi l’intégration économique à travers la constitution des économies d’échelle demeure une stratégie de garantie des possibilités d’emploi à grande échelle pour les jeunes.

Commerce intra-africain et investissement
Cette année est un nouvel agenda pour l’engagement régional et international. Sur le plan du commerce et de l’investissement, l’Accord de libre-échange continental africain, qui vise à supprimer les obstacles au commerce et à l’investissement intra-continentaux, accélérant ainsi l’industrialisation, la diversification et l’inclusion économiques, devrait entrer en application en juillet 2019. À l’échelle mondiale, l’Afrique continue de susciter l’intérêt des grandes puissances économiques comme les États-Unis et la Chine.

La classe moyenne est en expansion, les entreprises sautant sur l’occasion de satisfaire leurs besoins de consommation. La population de l’Afrique est jeune, en croissance rapide et de plus en plus urbanisée, et l’adoption rapide des technologies rend le continent propice à l’innovation. Le dynamisme économique dans de nombreuses régions du continent génère des opportunités d’affaires dans les domaines de l’infrastructure, du logement, de la santé, des services financiers et autres.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *