Le Gabon prié d’accélérer ses projets intégrateurs

La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et le Gabon reprennent langue sur la situation des infrastructures transfrontalières qui bordent le pays.

Le secrétaire générale adjoint en charge de l’intégration physique, économique et monétaire, Marie-Thérèse Chantal Mfoula, vient de deviser sur la relance de ces projets avec le ministre gabonais de l’Equipement, des Infrastructures et des Mines, Christian Magnagna. Le Gabon concentre à ses frontières un réseau routier transfrontalier important ouvert sur plusieurs pays de la sous-région. La construction de plusieurs corridors routiers avait déjà été entamée.

Pour la CEEAC, la reprise des projets intégrateurs est urgente car le renforcement de l’intégration et des échanges entre ses Etats l’est encore plus. De manière concrète, les projets qui préoccupent la CEEAC sont les suivants : l’aménagement de la route Ndendé-Dolisie, la facilitation du transport sur le corridor Libreville-Brazzaville, la construction des routes Kougouleu-Medouneu, Oyem-Assok-Medzeng-Poste frontière avec la Guinée équatoriale et Franceville-Boumango-Poste Frontière avec le Congo.

Situation actualisée
Il ressort des échanges entre les deux officiels que les projets, pour la plus part, ont déjà des memoranda d’entente signés. Ils sont également rendus à l’étape cruciale et difficile de la recherche conjointe de financements pour leur exécution. Certains ont des accords de prêts avec la Banque africaine de développement. La CEEAC, quant à elle, observe pour le regretter que, ces composantes ne sont pas encore exécutées du côté gabonais. «Les raisons n’ont pas été dévoilées» informe le site internet Le Nouveau Gabon.

Les chantiers routiers transfrontaliers évoqués font partie du portefeuille de projet du Plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale (PDCT-AC). Ils visent l’interconnexion des capitales des pays membres et la fluidité de la circulation entre celles-ci. Pour Marie-Thérèse Chantal Mfoula, «la CEEAC reste disposée à accompagner ses Etats membres dans leurs projets de développement, notamment ceux frontaliers». Le ministre gabonais de l’Equipement et des Infrastructures réitère l’engagement du Gabon à contribuer à doter «la sous-région d’un système de transport fiable et efficace, permettant de promouvoir l’intégration régionale, de faciliter l’accès aux marchés intra-régionaux et extérieurs, tout en améliorant la compétitivité des produits».

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *