Forte demande des liquidités en zone Cemac

Le nouvel indicateur du besoin de liquidités est le taux de souscription à la récente adjudication de la Beac. Les adjudications de liquidités sont des ventes de liquidités par l’autorité d’émission territorialement compétente. C’est surtout un mécanisme de refinancement par le marché monétaire des établissements de crédit.

Le taux de couverture de la monnaie (la capacité des pays à couvrir leurs importations par leurs revenus d'exportations) a connu une évolution séquencée en zone Cemac tout au long de l’année.
Le siège de la BEAC

En effet, le 12 juin dernier, la banque centrale des Etats de la Cemac a émis sur le marché financier sous-régional des obligations de liquidités par voie d’adjudication. Le montant était plafonné à 285 milliards de francs CFA. Le taux d’intérêt maximum était de 2,95%. Et la durée des souscriptions d’une semaine. Mais en 24 heures, les acteurs du marché financier de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) ont massivement souscrit aux liquidités à hauteur 357,04 milliards de francs CFA. Soit un taux de souscription de 125,28%. Ce qui fait une demande supplémentaire de 72 milliards de francs CFA.

Ce record traduit un certain tarissement de liquidités sur le marché financier, notamment pour les établissements de crédits (banques et assurances). Conclusion: les économies de la sous-région Afrique centrale ne sont pas financées de manière optimale. C’est pour y remédier que la Beac a mis en place en 2017 un dispositif d’apport de liquidités en urgence, spécialement dédié aux banques en difficulté dans la zone Cemac. Le but final est de permettre aux établissements de crédit jugés solvables de faire face aux tensions temporaires de liquidités pouvant affecter la stabilité financière de la sous-région.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *