Vaccination contre le Covid-19 : Intensification sur fond de contrainte

Les stocks de vaccins dont dispose le Cameroun seront périmés à la date du 23 août 2021. Il faut bien trouver un moyen d’épuiser ces doses dans les délais.

Course contre-la-montre engagée pour écouler les stocks de vaccins en souffrance.

Du 7 au 11 juillet prochain, le gouvernement entend procéder à une campagne de vaccination anti-coronavirus. Bien qu’elle soit «volontaire», l’opération se veut surtout «intensive, car destinée à toute personne âgée de plus de 18 ans», selon Manaouda Malachie. S’exprimant à Yaoundé au cours d’une conférence de presse conjointe donnée le 16 juin 2021, le ministre de la Santé publique (Minsanté) et son collègue de la Communication, René Emmanuel Sadi, ont indiqué le mobile de la campagne : «vacciner 20% de la population avant la Can 2020», soit 5 millions de personnes. Un vrai défi lorsqu’on sait que trois mois après le début de la vaccination, le pays a à peine franchit la barre de 100 mille personnes vaccinées.

Contre-la-montre
Mais, il semble que l’essentiel est ailleurs. Sur bien des aspects, certaines sources confient que ce qui se dit là, c’est davantage sous l’effet de la contrainte. D’après des informations puisées à bonnes sources à la représentation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Cameroun, les stocks de vaccins dont dispose le Cameroun seront périmés à la date du 23 août 2021. «Nous devons trouver un moyen d’épuiser ces doses dans le temps», a d’ailleurs reconnu Manaouda Malachie devant la presse le 16 juin 2021. Au cours de cette sortie, le Minsanté a affiché la volonté du gouvernement d’aller vite au regard des statistiques prélevées à partir des données de terrain.

«Sur 591 mille doses de vaccin que notre pays a obtenues, seules 89 180 ont déjà été administrées. De façon détaillée, c’est près de 30% de Sinopharm et sensiblement 10% d’AstraZeneca. Globalement, c’est un taux de couverture estimé à environ 15% au 16 juin 2021», confie Dr Shalom Tchekfe Ndoula, secrétaire permanent du Programme élargi de vaccination (PEV). «Il faut donc qu’on s’y prenne avec méthode ; ce d’autant plus que des précommandes sont déjà faites», préconise le Minsanté. D’après celui-ci, le gouvernement a négocié un stock de 300 000 doses de Sinopharm auprès de l’ambassade de Chine au Cameroun et 8500 doses de Spoutnik sont attendues. Cinq millions de Johnson and Johnson ont été pré-réservés et payés. Elles seront acquises lorsque les stocks disponibles s’épuiseront.

Démarche
Pour tenir son ambition d’atteindre un taux de 20% de couverture vaccinale à l’échelle nationale et espérer «figurer au rang des pays qui ont vaincu la pandémie (à en croire le Minsanté, NDLR)» avant la Can 2020, le gouvernement mise sur les grandes vacances. Afin d’éviter un ralentissement de la campagne annoncée, l’information et la mobilisation des citoyens sont de mise. «Nous avons entamé une communication stratégique mais nous devons aller vers une communication de proximité, dans une discussion avec les Camerounais dans les communautés, les ménages et nous allons utiliser tout ce que nous avons aujourd’hui comme instruments pour pouvoir le faire. Nous pensons qu’il va falloir dire aux Camerounais quel est l’objectif de la vaccination, pourquoi nous nous vaccinons, quel est l’intérêt de se faire vacciner et les bénéfices de la vaccination», a informé Manaouda Malachie le 16 juin dernier.

En filigrane de ce propos, se trouve la mobilisation des équipes associatives et des acteurs institutionnels afin de répondre à un double enjeu de santé publique : d’une part, vacciner le maximum de personnes et d’autre part, mener une démarche «d’aller-vers» en ciblant certaines couches réfractaires, par une action mobile de vaccination directement sur leurs lieux de vie.

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *