Ambassade de France au Cameroun : Christophe Guilhou inaugure une nouvelle ère

Le successeur de Gilles Thibault veut éviter les petites phrases malheureuses, souvent vues comme autant de déclarations méprisantes à l’égard de la souveraineté du Cameroun.

Christophe Guilhou dans les jardins de la résidence de France à Yaoundé

Sur le compte Twitter officiel de l’ambassade de France au Cameroun, Christophe Guilhou a fait valoir sa présence à la tête de cette chancellerie le 31 juillet 2019. Pour sa première sortie officielle, en qualité d’ambassadeur de France, le successeur de Gilles Thibault n’a pas voulu prendre à bras-le-corps les affaires potentiellement infectieuses pour Yaoundé. Sur le réseau social, l’angle d’attaque qui a principalement nourri la communication du nouvel ambassadeur tient sur la position du Quai d’Orsay. Le filtre diplomatique aidant, Christophe Guilhou a juste sélectionné un fragment de la réponse de Yves Le Drian face aux députés français. «La France est convaincue que la réponse à la crise n’est pas d’ordre militaire ou sécuritaire, mais bien politique. Tous les canaux de dialogue et de réconciliation doivent être ouverts».

Position
Selon des analystes, cela résonne comme une façon de solenniser au maximum la position de Paris par rapport à la situation sociopolitique au Cameroun. «Le fond n’est pas radicalement chamboulé, la méthode, elle, est repensée sous le coup du dialogue annoncé par Yaoundé», souffle Christian Yapseu, chercheur camerounais, intéressé par le déploiement diplomatique de l’Hexagone en Afrique. De l’avis de ce dernier, le fait d’avoir retweeté le discours de sa hiérarchie permet à Christophe Guilhou d’éviter une polémique qui bat son plein au sujet des responsabilités. «Paris entend inaugurer une nouvelle ère diplomatique, évitant de petites phrases malheureuses souvent vues comme autant de déclarations méprisantes à l’égard de la souveraineté du pays», théorise-t-il.

Pour mieux y parvenir, la France capitalise sur le profil de son 16e plénipotentiaire au Cameroun depuis janvier 1960. À en croire Infolettre n°48 de l’Ambassade de France au Cameroun (édition de juillet 2019), Christophe Guilhou est entré au ministère français des Affaires étrangères en 1992 en tant que rédacteur pour le Cameroun. À 56 ans, l’intéressé, qui a pris ses fonctions au plateau Atemengue (siège de l’ambassade de France à Yaoundé), n’est pas seulement un diplomate de carrière, mais il est aussi un expert en démocratie, droits de l’homme et en paix.

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *