Ngondo 2020 : Inspiré du Wouri, vécu au bord du Nyong

Pour la première fois, les Sawa de Mbalmayo ont célébré la «messe de l’eau» cette année.


Le 13 décembre 2020, c’était le «jour dit» pour la communauté sawa de Mbalmayo. Longtemps annoncé, le festival traditionnel Ngondo 2020 s’est finalement immergé dans les eaux noires du fleuve Nyong au sud-est de la «ville cruelle». Placé sous le signe des hommages, l’événement a redonné vie à Manu Dibango et à Sa Majesté Din Dika Akwa III, vice-président du Ngondo et chef supérieur du canton Bonambela (décédés respectivement les 24 mars et 8 décembre 2020). Dans un format bien sobre (Covid-19 oblige), ils sont venus des quatre coins de la ville pour implorer le «Jengu» (divinité Sawa) pour le repos des âmes des illustres disparus. C’était autour des fleurons de la gastronomie des villages Sawa : macabo battu à de l’huile rouge, le plantain cuisiné pareillement et du Ndolè aux crevettes.

Belle occasion pour Darling Moukoko, membre du comité d’organisation, de programmer le relais du message Sa Majesté Jean Yves Eboumbou Douala Manga Bell (président du Ngondo). En relation avec le thème retenu («Jomele Onyola Besombe» «L’exhortation à la jeunesse» en langue duala), mention a été faite autour des défis majeurs comme le problème de l’insertion socioprofessionnelle. «Mais, a nuancé Darling Moukoko, l’énergie et l’optimisme dont jouit la jeunesse sont un carburant pour l’espoir à un avenir radieux». Pour Darling Moukoko, «le jeune est la force de la société et l’instrument propice dans l’œuvre de Dieu.

L’avenir de tout peuple repose fatalement sur sa jeunesse, notamment la capacité de cette dernière à percevoir ou non les enjeux et défis de son époque et de son temps. Il estime que le facteur le plus important pour la croissance est la passion des jeunes qui débordent manifestement d’énergie positive et d’optimisme. Miser sur la jeunesse c’est donc miser sur l’avenir de notre pays». Mais conscient des difficultés rencontrées par les jeunes sur le marché de l’emploi, elle a invité ces derniers à plus de créativité, d’entraide et de mutualisation de leurs potentialités, afin de générer de la richesse et s’autodéterminer. Se plaçant sur le fil de cette vision, des dignitaires traditionnels de Mbalmayo et environs ont été conviés aux festivités. «On a eu l’occasion de communier avec nos frères sawa et c’est une belle expérience sur les rives du Nyong», a commenté Sa Majesté Valère Étoundi, chef de bloc du quartier Mbock-Kulu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *