Paix et réconciliation au Cameroun : Gospel Vibes élève la voix vers les cieux

Solliciter le regard de Dieu sur le pays, telle était la ligne de force des chants et louanges au menu de la première édition du concert du 22 novembre 2020 à Yaoundé.

Des cris d’allégresse qu’on pouvait entendre dans le Hall de la CMCI au quartier Damase. La foule était ivre, ce dimanche 22 novembre 2020, des louanges et adorations faites par les choristes à l’occasion de la première édition du Gospel Vibes qui avait pour thème «Jéricho va tomber». La crise sociopolitique qui règne au Cameroun interpelle l’Église. Il s’agit de la crise sécessionniste dans les régions anglophones à savoir le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, le terrorisme dans l’Extrême-Nord avec la nébuleuse Boko Haram, et la flambée, depuis 2018, des discours haineux et tribaux dans l’espace public avant et pendant la période postélectorale. Tout ceci met en mal la stabilité du pays. Et malgré toutes les initiatives des pouvoirs publics, l’on assiste à l’enlisement des conflits. Pour les hommes de Dieu, la seule solution réside dans les mains de Dieu. «Nous traversons une situation entre “chaotique”, quand on regarde ce qu’il se passe.

Hier on parlait de Boko Haram, aujourd’hui c’est la sécession; on parle de crimes, on parle de tout ce que nous sommes en train de voir aujourd’hui, on regarde les situations postélectorales bizarres. Je pense que l’État est en train de donner son tout pour pouvoir retrouver sa paix, son rythme de vie normal. Nous avons vu la solution militaire et d’autres solutions, notamment le Grand dialogue national, et ça ne fait que perdurer. Dieu m’a mis en cœur cette plateforme. Parce que quand on loue Dieu dans l’honnêteté, dans la vérité, à l’unisson, Dieu descend et des choses extraordinaires se passent. Cette mission que Dieu m’a donnée est en fait de prier pour le Cameroun», révèle le Révérend Docteur Aimé Zebaze de la Baptist Native Church of Cameroon. Et de poursuivre: «quand je parle de “Jéricho va tomber”, je fais allusion aux murailles invisibles. Les murailles invisibles sont ces choses qui motivent les rébellions que l’on ne connait pas, ce que le commun des mortels ne comprend pas. Mais en réalité, il y’a quelque chose qui ne va pas, que l’on ne peut véritablement pas expliquer aux Camerounais lambdas. Nous, en tant que chrétien, en tant qu’homme d’Église, je vois Dieu. Et je sais que rien n’est impossible à Dieu».

Face à ces situations périlleuses de nature à faire vaciller le pays, les armes les plus efficaces sont les louanges et les adorations. «Si vous lisez l’histoire de Jéricho, vous allez comprendre que ce sont des louanges et adorations qui ont renversé le mur de Jéricho. Les murs invisibles c’est cet ensemble de situations qu’on ne maitrise pas. Et Dieu ne peut agir sans que les hommes ne se lèvent, sans que l’Église ne se lève dans la louange et les proclamations. Les choses vont bien se passer, j’en suis persuadé», fait savoir Aimé Zebaze.

Olivier Mbessité, (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *