Mois du Ramadan : le jeûne du lever au coucher du soleil 

Les fidèles musulmans font de cette période, un mois de sanctification, de repli sur soi-même et de recueil.

Les fidèles musulmans ont entamé depuis plusieurs jours le jeûne du mois du ramadan. C’est le cas de la famille Aladji résidente à Oyom-Abang. Fervente et engagée, elle observe les recommandations du prophète Mahomet. Il est 3 heures du matin ce 13 avril 2022 quand de petits bruits se font entendre. Sarahtou, la maîtresse de maison, cuisine pour recevoir sa petite famille. Celle-ci mange à sa faim. «Lorsqu’on se lève à 3 heures pour préparer, les fidèles mangent jusqu’à l’appel de l’imam. Il y a une limite. On ne mange pas n’importe comment. L’appel peut arriver à 4 heures, 4h30 ou 4h40. Symboliquement, cela signifie: ‘‘arrêtez de manger, venez prier’’», renseigne Bouba, habitant des lieux.

De façon instinctive, le retentissement de cette voix en provenance de la mosquée du coin interrompt l’appétit des fidèles. «La prière à la mosquée est obligatoire pour les hommes et facultative pour les femmes. On estime qu’elles travaillent trop et peuvent donc être épuisées. Une prière à domicile est recommandée dans ce cas», précise Bouba.

De retour, chacun se repose. À leur réveil, les hommes vont respectivement à leur fonction. Aladji occupe un poste dans l’administration publique et Bouba est couturier. Les jeunes garçons quant à eux se concentrent à la télévision ou aux jeux à leurs heures creuses, quelques fois interrompus par la prière. Sarahtou pour sa part opte pour la grâce matinée jusqu’à 9h-10h avant de retrouver les tâches ménagères. «J’ai la chance que Doudou m’aide. Jeuner n’est pas facile. On est faible et épuisé. Ce n’est pas évident de s’occuper comme les autres jours» se réjouit la patronne de la maison.

Pendant les heures de prière, après une ablution, les fidèles disposent un tapis et un objet en avant: «en plus du tapis, on met un objet (coussin, chaise…) devant pour éviter que les gens passent pendant la prière. Ils doivent contourner pour avoir du chemin. Cela évite de nous déconcentrer», précise Walid, jeune fils du couple. À quelques heures de la fin de la journée, Sarahtou prépare le menu pour «casser le jeûne». La table est généralement constituée de fruits, de boissons chaudes et de plats de résistance. Bouba renseigne que «pour casser le jeûne, il est conseillé de débuter par les boissons chaudes comme la bouillie de soja ou de mil, le thé et les fruits. Ensuite, place aux plats de résistance». Il poursuit: «le menu du soir se veut copieux car il est très probable de recevoir des invités. Il faut donc les accueillir».

La particularité du mois de ramadan est que la prière du soir met plus de temps et on remarque plus de regroupement d’hommes. Ce soir, à 19h passé, Aladji s’est réuni avec les enfants du camp pour prier et élever des consignes à l’être céleste. En bon berger, il conduit les jeunes garçons pendant la prière dans la discipline et le respect des écritures. La communication s’entretient en langue foulbé. «C’est ainsi que nous devons prier, en groupe. À défaut de nous rendre à la mosquée, il faut prier ensemble», souligne-t-il.

Culture
L’âge approprié pour jeûner est 15 ans. Même jusque-là, il y a une limite. Il jeûne un jour, le lendemain, il n’observe pas le jeûne. C’est un exemple. Toutefois, des cas existent pour empêcher un individu de jeûner. «Les personnes âgées ne jeunent pas. Ils font plutôt du ‘‘salaka’’ et autres actions de grâce. Aussi, en cas de maladie et si une femme voit ses menstrues», affirme Bouba. Le jeûne restreint le contact. «Je peux rencontrer une connaissance en cours de route, je la salue, puis chacun suit son chemin. En période de ramadan, il est prudent de s’isoler pour mieux se concentrer sur soi et sa relation avec Allah». Il est par exemple interdit le rapprochement entre les hommes et les femmes, même pour les couples mariés. Mais après le jeûne, il peut retrouver sa femme.

Le ramadan apporte bénédictions, récompenses, pardon des péchés et multiplication de grâces. Cela n’est cependant possible que si les fidèles observent toutes les recommandations prescrites par le prophète dans le coran.

Presvualie Ngo Nwaha (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *