Nzalang Nacional : Tester le dehors

Qualifiée sur le fil pour l’édition 2021 de la Coupe d’Afrique des Nations, la Guinée Équatoriale participe pour la première fois de son histoire à la compétition, sans le statut de pays organisateur.

Offensive du Consulat général de Guinée Equatoriale au Cameroun sur le terrain de l’accueil du Nzalang Nacional.

Le Nzalang Nacional descend sur la pelouse le 12 janvier 2021 à Japoma. D’ores et déjà, ses supporters sont mobilisés. Au sein de la communauté équato-guinéenne de Douala, des réunions se sont enchaînées ces derniers jours. Présidées par Andres Micha Ndong Silva (consul des Guinée Équatoriale dans la capitale économique du Cameroun), ces rencontres ont constitué des moments de réflexion en vue d’un soutien à l’équipe.

Absente en 2017 et en 2019, la sélection équato-guinéenne a terminé deuxième de son groupe de qualification derrière la Tunisie en gagnant le match décisif contre la Tanzanie (1-0), à la toute dernière minute de la rencontre. Nation autrefois peu connue du football africain, la Guinée Équatoriale s’est affirmée en 2012, lorsqu’elle a co-organisé la CAN avec son voisin gabonais. Qualifiés pour les quarts de finale, après une victoire sur le fil, face au redoutable Sénégal (2-1), les Équato-guinéens avaient dû s’incliner devant les futurs finalistes ivoiriens (3-0).

Unique pays organisateur en 2015, la Guinée équatoriale avait fait encore mieux en accédant aux demi-finales après une victoire retentissante et polémique face à la Tunisie. Pour réussir un exploit au Cameroun, la Guinée équatoriale pourra compter sur un milieu de terrain solide – bien que privé de sa star Pedro Obiang (Sassuolo) – et sur un effectif jeune et motivé, principalement issu de la diaspora équatoguinéene en Espagne. Si la mission s’annonce périlleuse pour le Nzalang Nacional, les coéquipiers du buteur et capitaine Emilio Nsue n’auront toutefois rien à perdre et tout à démontrer. Histoire de prouver que la Guinée équatoriale est capable de performer à la CAN loin de son cocon.

Diane Kenfack

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *