Financement : la Bdeac verse 14 milliards FCFA dans le fleuve Congo

La Banque de développement des États de l’Afrique centrale (Bdeac) poursuit la mise en oeuvre de son Plan stratégique 2017-2022.

Fortunato-Ofa Mbo (àd) et Serge Roger Pereira
au moment de la signature.

Le 27 octobre dernier à Brazzaville, elle a procédé à la signature d’un accord avec la Société Startstone Congo SASU.
D’après les termes de l’accord, la Bdeac s’engage à octroyer «un prêt d’un montant de quatorze milliards de francs CFA (14 000 000 000 FCFA)». Le communiqué y relatif précise en plus que «le prêt ainsi accordé permettra à la Société Startstone Congo SASU de construire une plateforme immobilière et touristique sur les rives du fleuve Congo sur une superficie de 50 hectares dont 7 hectares existants et 43 à aménager sur le fleuve Congo».

De ce que l’on sait également, «le projet Startstone Riverside dotera à terme la ville de Brazzaville de maisons individuelles, de logements collectifs, des bureaux, hôpitaux, un river club, des églises, des restaurants et des centres commerciaux». À en croire le communiqué, la société bénéficiaire destine ces produits «à une clientèle cible constituée des familles ou hommes d’affaires voulant disposer de logements de haut standing à des coûts abordables, ou souhaitant investir dans des produits immobiliers innovants au Congo».

Au final, le nouvel accord porte à «FCFA 299 milliards le volume des engagements de la Bdeac au Congo et renforce davantage le secteur privé conformément à son Document de stratégie d’intervention Pays (DSIP) 2019-2022», relève l’institution. Étant entendu par ailleurs que «l’un des atouts majeurs de ce projet qui cadre totalement avec le Plan national de Développement (PND) du Congo est de valoriser la vue et la proximité du fleuve Congo ; et par là même son potentiel écotouristique, balnéaire, culturel et historique».

Pour le reste, la Bdeac et le Congo escomptent pendant et à l’issue des travaux, «la création de 6000 emplois directs et indirects, la création de la valeur et des revenus additionnels à travers les activités connexes, l’extension de l’offre de logement et des capacités hôtelières, et le regain d’attractivité de la ville», a-t-on appris.

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *