Délivrance des relevés de notes du Baccalauréat : Le Minesec à l’épreuve de la déconcentration

Depuis ce 15 septembre 2021, les bacheliers de l’enseignement général et technique retirent le précieux sésame à la délégation régionale du Centre, mais décrient des lenteurs administratives.

Mention assez bien pour la délégation régionale du Minesec pour le Centre

La délégation régionale du ministère des Enseignements secondaires pour le Centre est prise d’assaut depuis ce 15 septembre par les lauréats de la session 2021 du baccalauréat. L’objectif est de retirer leurs relevés de notes pour les préinscriptions à l’université. Pour ce faire, les candidats censés retirer cette pièce essentielle pour la poursuite de leurs études universitaires viennent de différents départements, à savoir le Mbam-et-Kim; le Mbam-et-Inoubou, la Haute-Sanaga, la Lékié, la Mefou-et-Afamba, et le Nyong-et-so’o pour ne citer que ceux-là.

Pour ce premier jour, l’on note moins d’affluence sur les lieux. Toute chose qui contente un observateur. «Contrairement aux années précédentes, on note une fluidité dans la procédure de retrait des relevés de notes. Avant, on pouvait venir ici et passer des jours pour le retirer. Je pense que la déconcentration de la délivrance des relevés a permis de décongestionner la délégation régionale du Minesec pour le Centre», constate Alima Fouda venu accompagner son cadet. C’est le même sentiment qu’éprouve Sophia Nnanga originaire de la Haute-Sanaga.

«Je suis contente d’avoir pu retirer mon relevé de notes. Je viens de la Haute-Sanaga, plus précisément de Nanga-Eboko, c’est tout un voyage pour arriver ici à Yaoundé», pavoise-t-elle.
Alima Fouda croit savoir que c’est parce que «les lauréats des lycées de Yaoundé sont pour leur part astreints de retirer leurs documents dans les différents sous-centres d’examen que l’on peut observer une certaine fluidité». Cependant, tient-il également à relever, «nous venons du Nyong-et-So’o et mon petit frère est dans les rangs depuis 7h30 du matin. Il faut tout de même noter quelques lenteurs».

Lenteurs administratives
«Le service est lent. Il y a moins des lauréats mais il y a une longue file d’attente qui fatigue». Ils sont nombreux ces candidats qui depuis le matin crient leur impatience. Une candidate, le visage froncé et assise sur un banc lâche : «le responsable qui en principe devait nous recevoir à quitter son bureau pour une destination inconnue et depuis plus d’une heure, mes camarades et moi attendons la reprise du service». «Je viens de la localité du Mbam-et Kim plus précisément du Lycée de Mbangassina. Cette situation ne m’arrange pas. Je suis à Yaoundé depuis avant-hier. Et après cette étape, il faut encore s’occuper des préinscriptions à l’Université de Yaoundé II, Soa, une phase délicate pour les novices surtout que maintenant, tout se passe en ligne», s’indigne-t-elle.

Pour le retrait du relevé de notes, les candidats sont appelés à «se munir d’une carte d’identité ou d’un récépissé de la carte d’identité. Si le candidat n’a pas ces pièces, il peut présenter sa carte scolaire et il retire à l’entrée des services de la délégation régionale du Minesec pour le Centre, un coupon dans lequel il est fait mention de toutes les informations nécessaires. À savoir l’année de la session, le centre d’examen et la ville», explique un autre candidat titulaire d’un Bac A4 Espagnol.

Une note affichée sur les murs et les fenêtres est d’ailleurs claire en la matière. Pour les relevés de notes du Baccalauréat 2021 de l’enseignement technique, le retrait se fait dans les sous-centres d’examen pour le département du Mfoundi. Il se fait à la délégation régionale pour les sous-centres des autres départements. Le procédé est le même pour le Baccalauréat de l’enseignement général.

Olivier Mbessité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *