Légumes et les protéines hors de portée des Africains

Les systèmes agroalimentaires africains doivent être transformés pour rendre une alimentation saine plus abordable pour les Africains. C’est le message central d’un nouveau rapport lancé aujourd’hui par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et la Commission de l’Union africaine (CUA).

Selon le dernier aperçu régional africain de la sécurité alimentaire et de la nutrition, les Africains sont confrontés à des coûts alimentaires parmi les plus élevés par rapport à d’autres régions d’un niveau de développement similaire. Les aliments nutritifs, tels que les fruits, les légumes et les protéines animales, sont relativement chers par rapport aux aliments de base tels que les céréales et les racines féculentes, et, selon le rapport, certaines des raisons sont systémiques.

Les preuves présentées dans le rapport montrent que près des trois quarts de la population africaine ne peuvent pas se permettre une alimentation saine composée de fruits, de protéines végétales et animales, et plus de la moitié ne peuvent pas se permettre une alimentation adéquate en nutriments, qui fournit un mélange de glucides, de protéines, de graisses , et des vitamines et minéraux essentiels pour maintenir une santé de base. Même une alimentation suffisamment énergétique, qui fournit un minimum d’énergie et presque rien d’autre, est hors de portée pour plus de 10 pour cent de la population du continent.

« L’image qui se dégage est que les systèmes agroalimentaires en Afrique ne fournissent pas de nourriture à un coût qui rend les régimes alimentaires sains abordables pour la majorité de la population, et cela se reflète dans la charge de morbidité élevée associée à la malnutrition maternelle et infantile, masse corporelle, carences en micronutriments et facteurs de risque alimentaires » , a déclaré Abebe Haile-Gabriel, sous-directeur général de la FAO et Représentant régional pour l’Afrique.

Les progrès globaux dans la réalisation des objectifs nutritionnels mondiaux restent inacceptablement lents en Afrique, selon le rapport. L’Afrique subsaharienne est la seule région au monde où le nombre d’enfants souffrant d’un retard de croissance continue d’augmenter. Seuls trois pays, Eswatini, le Kenya et Sao Tomé-et-Principe, sont en passe d’atteindre quatre des cinq objectifs nutritionnels de l’Assemblée mondiale de la Santé. Trois autres pays, le Ghana, le Lesotho et le Rwanda, sont en passe d’atteindre trois des objectifs.

Le rapport indique également que les modes de consommation alimentaire actuels en Afrique imposent des coûts sanitaires et environnementaux élevés qui ne se reflètent pas dans les prix des denrées alimentaires. L’inclusion de ces coûts ajouterait 0,35 $ US à chaque dollar dépensé pour la nourriture en Afrique subsaharienne.

Rééquilibrer les régimes alimentaires pour inclure davantage d’aliments à base de plantes réduirait le coût des régimes alimentaires et réduirait les coûts pour la santé et l’environnement. Par rapport aux régimes alimentaires moyens actuels, les régimes alimentaires à base de plantes réduiraient le coût total des régimes alimentaires, y compris les coûts sanitaires et environnementaux, de 11 à 21 pour cent dans les pays à faible revenu.

Dans le contexte africain, les interventions essentielles comprennent un investissement accru dans la recherche et la vulgarisation pour améliorer les rendements, en particulier des aliments nutritifs, et des efforts accrus pour adopter des technologies agricoles modernes. Selon le rapport, la production doit être intensifiée de manière durable, parallèlement à des interventions visant à améliorer la gouvernance foncière, à autonomiser les agricultrices, à réduire les pertes après récolte et à améliorer l’accès au marché.

Source : CEA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *