Remap-Cemac :Le projet est entré en gare

Après une dizaine d’années d’activité intense dans la sous-région, il a pris fin le 23 mars 2018  à Yaoundé.

 

Il n’en fallait pas mieux qu’un le séminaire de capitalisation  pour dresser le bilan et clôturer près de 10 ans d’activité  du  Projet de renforcement de la gouvernance des matières premières (Remap-Cemac). A Yaoundé, le 23 mars 2018, cadres de la Commission de la  Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), autorités de la Coopération allemande, partenaires au développement, ainsi que des bénéficiaires du projet, ont listé les acquis.

On retient qu’en 10 ans, le Remap a engrangé de nombreux acquis et permis la réalisation de plusieurs actions. Il s’agit de la mise en place d’une académie des industries extractives de la Cemac, le renforcement des capacités des cadres de la Cemac dans les domaines de la gestion des connaissances et des relations publiques, la mise en place d’un système intelligent de gestion des connaissances au sein de la Cemac et une stratégie genre pour le même espace communautaire.

Le Remap a permis également la mise en place d’une charte sur les politiques foncières en zone Cemac, l’intégration des États de la Cemac au processus de l’Initiative pour la transparence des industries extractives, le projet d’un code minier pour la Cemac, un réseau des journalistes d’Afrique centrale pour la gouvernance des matières premières.

On note aussi son appui à la promotion de la participation de la Femme d’Afrique centrale au développement.  Cette initiative a intégré la précarité de la condition féminine et la faible prise en compte de son impact sur le développement de la sous-région. Le Remap a ainsi contribué à l’harmonisation du genre en zone CEMAC et les axes prioritaires de mise en œuvre dans le secteur minier.

Selon Joseph Louis Mountapmbeme, représentant de la Commission de la Cemac, la pérennisation de l’activité du Remap-Cemac est assurée. « Un suivi  étroit est d’ores et déjà amorcé par le nouveau gouvernement de la Cemac », a-t-il dit au cours d’un point de presse donné à l’occasion.

Lancé en 2008 suite à un accord-cadre entre le ministère allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ) et la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale ; le projet Remap avait pour objectif d’apporter un appui au renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles de la Cemac, dans le développement des politiques communautaires d’une part, ainsi que dans la transparence et la bonne gouvernance dans le secteur des industries extractives d’autre part.

 

Jean-René Meva’a Amougou

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *