Macron au Cameroun : l’Afrique centrale dans le viseur de la France

L’avertissement est émis lors de la conférence de presse donnée par les présidents Biya et Macron au Palais de l’Unité à Yaoundé, ce 26 juillet 2022.

C’est une phrase que les citoyens d’Afrique centrale doivent prendre très au sérieux. Elle doit même rester dans les mémoires. Le président français déclare que, «pour le second quinquennat de mon mandat, l’Afrique centrale sera ma priorité». Cette phrase forte est prononcée par Emmanuel Macron en visite officielle au Cameroun. C’était lors de la conférence de presse tenue ce 26 juillet 2022 au Palais de l’Unité aux côtés du président camerounais, Paul Biya.

La France n’est donc pas prête à laisser tomber ses intérêts dans la CEEAC. Les cinq prochaines années vont le démontrer. Emmanuel Macron, compte utiliser tous les moyens à la disposition de la France, pour atteindre ses objectifs et garder son prestige.

Processus de reconquête

Comment la France compte s’y prendre pour reconquérir les positions perdues, reste un mystère. Mais, au vu de la situation notamment en RCA et au Mali, les choses ne seront pas faciles. La France a fort à faire avec les Africains qui ne veulent plus se laisser dicter quoi que ce soit. Elle doit changer sa manière d’agir. Afin de ne pas paraître violente. Le président Macron tient un discours qui prône la rupture avec les agissements néocoloniaux. Par exemple en déclarant que «le Cameroun n’est pas la chasse gardée de la France.

Il y a des entreprises françaises qui ont perdu des marchés, je souhaite qu’il y ait un partage de savoir-faire notamment dans l’agriculture», a-t-il indiqué. Sauf que pour beaucoup d’Africains notamment les intellectuels, la France ne changera pas ses méthodes. «Est donc fausse l’idée selon laquelle la France a abandonné les coups tordus, l’immixtion dans nos affaires internes, le pillage de nos matières premières, le bashing et l’assassinat des africains qui lui tiennent tête», comme l’affirme Jean Claude Djereke.

Adversaire déclaré

La France ne se cache pas pour désigner son adversaire et ennemi géopolitique: la Russie. Pour elle, les Africains doivent se méfier de cette puissance qui commet les pires crimes. Donc, cette Russie ne doit pas être en Afrique. «La Russie est un pays qui a attaqué un pays souverain, donc ne doit pas être considérée comme pays fiable», a affirmé le numéro un français. Sauf que la Russie est devenue depuis plus de 10 ans «le chouchou des Africains pour le respect de la souveraineté des Etats», assure un expert des relations internationales interrogé par le journal Intégration.  Confirmant les pensées des intellectuels africains, que cette dernière est trop sérieuse quand elle dit qu’elle va consacrer ses énergies dans la sauvegarde de ses intérêts.

André Gromyko Balla

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *