Création d’emplois locaux : le challenge des collectivités territoriales décentralisées

Connecté sur l’actualité du Cameroun inhérente à la décentralisation et sur la Stratégie Nationale de Développement 2030, le Salon international des métiers et de l’emploi entend s’appuyer sur ces leviers pour l’épanouissement des jeunes.  

Le cercle municipal de l’Hôtel de ville de Yaoundé abrite la 10ème édition du Salon International des métiers et de l’Emploi (Sime 2022). Il s’agit d’une plateforme qui a fait de la problématique de l’emploi des jeunes son crédo. Et de ce fait, elle tient à s’appuyer sur les Collectivités territoriales et Décentralisées (Ctd) pour les booster.   «Compte tenu de l’actualité qui est orientée vers la mobilisation des collectivités territoriales décentralisées et également le transfert des compétences qui leur est due, nous avons pensé pour cette 10ème édition, orienté l’évènement sur les emplois locaux», rappelle  Deborah Ngo Tonyé  Commissaire  de l’évènement. Dans son traditionnel discours à la jeunesse camerounaise le 10 février dernier le chef de l’État a promis «la création de 600 milles emplois avec la collaboration des Ctd». Pour ce faire, ces emplois seront créés dans les localités, dans les mairies. Ainsi, «à  notre niveau,  nous avons pensé qu’il fallait informer les jeunes sur les opportunités qui s’offrent justement dans ce secteur d’activités et surtout dans cet environnement», Renchérit-elle. La nouvelle édition du Salon des métiers qui a démarré le 26 avril dernier et s’est achevée le 30 avril dernier repose sur le thème: «Création des emplois locaux à l’aune de la Snd30: Analyses et impacts sur le développement local».

Objectifs Snd30

Le thème retenu pour cette édition a fortement séduit Venus-Ploton Marie Victoire depuis l’Hexagone. «Parce que 2030 cadre avec l’avènement des Objectifs de Développement Durable en particulier l’objectif 4 qui est celui de l’éducation et de l’égalité, l’objectif 5 qui est l’égalité au travail, l’objectif 11 qui est consacré à la gouvernance, l’objectif 16 pour la justice et l’objectif 17 pour les partenariats nécessaires à ces objectifs», fait savoir la consultante en organisation.

«Et puis il y a aussi un élément très important  la Zone de libre-échange  continentale  africaine (Zlecaf). Alors, tous ses facteurs sont des challenges mis à la portée des jeunes.  Je me suis intéressée à l’événement parce qu’en tant que diplômée en Sciences politiques, forcement l’analyse de la loi de 1996 portant création des collectivités territoriales décentralisées, prolongée par le code général des collectivités de décembre 2019, je savais que le changement de paradigme était très important pour les jeunes», fait savoir la fondatrice de la Fédération de l’organisation des femmes entrepreneures de l’Afrique centrale Venus-Ploton Marie Victoire.

Olivier Mbessité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *