Messagerie postale au Cameroun : Quatorze nouveaux opérateurs privés en scène

Les licences reçues des mains du Minpostel le 28 décembre dernier à Yaoundé participent de l’assainissement du secteur postal dans notre pays.

Le gouvernement veut dynamiser et mettre fin à l’anarchie qui règne dans le secteur de la messagerie postale au Cameroun. C’est le sens qu’il faut alors donner à la cérémonie solennelle de remise de licences organisée le 28 décembre dernier à l’initiative du ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel). Au cours de cette cérémonie, 14 nouveaux opérateurs privés postaux de messagerie postale ont ainsi pu recevoir leurs titres des mains du membre du gouvernement. C’était à Yaoundé dans la salle de conférence du bâtiment annexe de ce département ministériel. S’adressant alors aux bénéficiaires, Minette Libom Li Likeng leur a rappelé l’importance que le gouvernement accorde à ce moment solennel. «C’est une circonstance d’importance capitale qui nous rassemble. Elle constitue une étape supplémentaire du programme d’assainissement du marché postal national, tel que prescrit par les plus hautes autorités de la République», a indiqué le Minpostel dans son discours de circonstance.

Quasi anarchie

Il se trouve en effet qu’avec la libéralisation du secteur postal au Cameroun, telle que consacrée par la loi N0 2006/019 du 29 décembre 2006 régissant l’activité postale dans notre pays, on a assisté à une entrée non contrôlée de plusieurs acteurs sur le marché. Ce qui fait d’ailleurs dire à Minette Libom Li Likeng que cela se fait «majoritairement en marge des dispositions réglementaires.  Le diagnostic réalisé sur le terrain il y a quelques années fait ressortir que la plupart des activités postales s’exerçaient au Cameroun dans l’informel, sans aucun respect des lois et règlements de la République».

A en croire le Minpostel sur ce point, « cette situation a installé une quasi anarchie sur le marché postal, caractérisée par le règne de la concurrence déloyale, une tarification non maîtrisée, des services offerts à la clientèle avec des coûts prohibitifs, ainsi qu’une qualité approximative de ces services», déplore le membre du gouvernement.

C’est face à cette réalité que l’ancien directeur général des Douanes a dès lors tenu à «saluer et remercier vivement tous les opérateurs privés postaux présents. Votre présence est un signe d’adhésion réelle à la politique gouvernementale, visant à faire du secteur postal un secteur moderne, composante essentielle de l’économie nationale».

Attentes gouvernementales

L’entrée de 14 nouveaux opérateurs sur le marché postal à l’initiative du gouvernement repose sur un calcul et une stratégie que le Minpostel a détaillée aux bénéficiaires. «vous êtes entrés dans un secteur d’activité qui fait face à d’importants défis. Il s’agit ici de répondre aux besoins d’une clientèle et de consommateurs de plus en plus exigeants, en ce qui concerne notamment la qualité de service et les services à valeur ajoutée», a dans un premier temps énoncé Minette Libom Li Likeng. Avant de promettre également l’accompagnement de son département ministériel, le Minpostel a, dans un second moment, exhorté ces acteurs «à prendre avantage des Technologies de l’information et de la communication (TIC) pour non seulement renforcer votre offre de service, mais également proposer des offres innovantes, qui améliorent l’exploitation de votre secteur d’activité».

 

Mais à ceux qui sont devenus «à coup sûr des interlocuteurs valables de l’Etat du Cameroun en matière postale», le ministre des Postes et Télécommunications a aussi rappelé que des cahiers de charges sont annexés à leurs licences. Ceux-ci «constituent un ensemble d’obligations auxquelles vous êtes astreints», a martelé le Minpostel. Il s’agit désormais pour ces opérateurs, non seulement d’éviter des sanctions en cas de non-observance de la réglementation en vigueur, mais aussi et surtout, de travailler «pour un développement harmonieux de vos activités contenues dans la loi postale susmentionnée», a finalement indiqué à leur intention Minette Libom Li Likeng.

Chemin parcouru

Le programme d’assainissement du marché postal national a été conçu prioritairement pour une appropriation par tous les opérateurs des dispositions réglementaires et en vue du strict respect de la légalité. Sa première phase a démarré par «des opérations de sensibilisations et séminaires d’imprégnation menées sur l’ensemble du territoire national, des missions de constatation d’infractions et de mises en demeure», a fait savoir le ministre dans son discours. Pour ce qui est de la seconde phase, elle a surtout consisté à procéder «au recouvrement des droits dus par les opérateurs privés à l’Etat, au titre de l’exercice de l’activité postale», a aussi tenu à mentionner le Minpostel. Dans son allocution, le membre du gouvernement s’est, du reste, vantée de certains bons résultats obtenus après la seconde phase. «Tout au long de cette opération d’assainissement, de nombreux opérateurs de messagerie postale non encore titulaires de titres d’exploitation se sont mis en règle en déposant un dossier et en s’acquittant des droits requis par l’administration», a enfin souligné, pour s’en satisfaire, Minette Libom Li Likeng. En tout état de cause, les 14 nouvelles licences délivrées par le Minpostel portent à 25 le nombre d’opérateurs privés agréés, à date, au Cameroun.

Théodore Ayissi Ayissi (stagiaire)

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *