Je suis KUMBA, je suis Cameroun

Ce matin encore, 
Mon cœur et la raison saignent. 
Six élèves ne sont plus.
 Je veux dire six petits-enfants,
Je veux crier : six petits-enfants,
Des enfants de femmes anonymes
Désormais éternelles pleureuses
 Et aux regards et lendemains incertains. 
Ont été sauvagement assassinés 
Par l’absurdité et la bêtise humaine.
Ce matin,
 JE SUIS KUMBA.
Et vous meurtriers, encore debout
Vous qui m’avez couvert de sang
Et destiné à l’épreuve de nuits blanches, 
Venez voir dans les rues
Venez voir sur les bancs des classes
Le sang innocent 
Le sang de notre sang
Le sang de vos parjures
Le sang de gamins sans soucis
Aujourd’hui,
 JE SUIS KUMBA
Et vous meurtriers, encore debout
Venez voir nos mains
Qui tremblent de douleurs 
Et de blessures certaines
Venez, oui venez, 
Venez, dans la boue et la haine.
 Ce matin , 
JE SUIS KUMBA
Qu’importe ce matin 
 La haine et la peur
Lorsque l’espoir ignoré
S’écroule.
Ces enfants devaient, vivre,
A Kumba Ils ont vécu.
Ils ne sont plus,
Qu’un chagrin
 Des rancœurs et d’infortunes 
Mais Aujourd’hui,
 Mon cœur et la raison saignent 
JE SUIS KUMBA !
JE SUIS CAMEROUN !
 
Pr. YIMGAING MOYO, architecte, Président du Mouvement Citoyen (le MOCI)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *