Entrée dans l’Histoire: 2MC éclaire le chemin des journalistes camerounais

L’association Médias, Médiation et Citoyenneté, avec l’appui de l’ESSTIC, a organisé ce 3 mai 2022 à l’amphi Hervé Bourges, une grande réflexion pour montrer le gap entre l’écrivain et le journaliste.

Comment amener les futurs journalistes et ceux qui sont déjà sur le terrain à s’intéresser à la production littéraire? Tel est pour l’association Médias, Médiation et Citoyenneté (2MC), le leitmotiv de la commémoration au Cameroun de la Journée mondiale de la Presse. Pour Valentin Siméon Zinga, directeur de publication, éditeur et président de 2MC, Il s’agit d’«une dynamique que nous nous sommes imposée… Il est question de savoir comment le journaliste peux entrer dans l’histoire», a-t-il déclaré dans son mot de bienvenue. 

Pour que cela soit possible, plusieurs journalistes chevronnés et férus de l’écriture prennent la parole à l’instar d’Emmanuel Gustave Samnick, Haman Mana, Parfait Tabapsi ou Rachel Malongo. Ces échanges durent près de 3 heures de temps. Deux écoles vont s’affronter lors des débats. À savoir celle qui pense qu’on peut entrer dans l’histoire sans production littéraire et celle qui pense le contraire. 

Pour la première défendue par Rachel Malongo, «un journaliste qui n’écrit pas de livre ne peut pas entrer dans l’histoire». Elle est rejointe dans cette logique par Parfait Tabapsi pour qui «un journaliste doit être cultivé. Et même, il doit y avoir une confusion entre journaliste écrivain et écrivain journaliste». Alors que le deuxième courant, au contraire, veut que le journaliste entre dans l’histoire sans écrire. 

Esstic

La directrice de l’École supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (Esstic) apprécie l’initiative et en demande davantage. Elle invite 2MC à organiser une autre rencontre d’ici le 27 juillet 2022 afin que les étudiants rencontrent non seulement les journalistes écrivains, mais aussi puissent prendre connaissance des productions littéraires des anciens et nouveaux journalistes. «Je vous invite à revenir organiser ces activités à l’ESSTIC. Nous mettrons tous les moyens à votre disposition. Il faut qu’il y ait plus d’étudiants et plus de personnes pour ce type de rencontre», a alors indiqué le Pr Alice Nga Minkala dans son allocution. Ce que Valentin Simeon Zinga a fortement apprécié. Le président de 2MC en a également profité pour annoncer le report de la cérémonie de remise des prix Ossendé Afana et Tchundjang Pouemi au 27 juillet prochain.

 

André Gromyko Balla

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *