Côté jardin : Oyongo Bitolo, entre football et animation

Le jeune footballeur fait parler de lui. Son sac à dos et son haut-parleur l’accompagnent partout où il va. Au stade, en bus ou à l’hôtel, il se déhanche en écoutant les chansons camerounaises. De quoi entraîner ses coéquipiers avec lui.

«Il peut aussi animer la Can seul». Les jeunes internautes se souviennent bien de la légende au bas d’une vidéo montrant Oyongo Bitolo «twerkant» sur une musique dansante actuelle, entouré de ses coéquipiers, dépassés par une telle adrénaline et débauche d’énergie. Ambroise Oyongo Bitolo, de son nom complet, est un footballeur international camerounais. Il occupe le poste de latéral gauche à Montpellier HSC.

Outre ses capacités de footballeur, il se fait remarquer par d’autres talents. Pendant les entraînements, il est accompagné de son baffle noir portable toujours fonctionnel. Il est considéré comme l’animateur de l’équipe nationale camerounaise. Il n’a pas de limites sur ces prestations. Mbolé, bikutsi ou coupé-décalé. Le jeune homme utilise son corps d’athlète pour valoriser les musiques et les titres camerounais. Connaissant les «dégagements» du personnage, les internautes ont lancé des avertissements au footballeur à quelques heures du match d’ouverture. Une jeune femme s’exprime: «vous voilà qui recommencez avec les ‘‘mandjo ooh, mandjo ooh, allez dire, parlez encore’’. Oyongo Bitolo, c’est toujours toi en tête et Christian Bassogog ensuite, vous aimez le désordre. Partez jouer au football. (…) je dis que je veux vous voir en finale».

Rien ne saurait expliquer cette particularité qu’il dégage lorsqu’il est auprès de ses semblables, en bus ou au stade. Il commence en musique et non par les échauffements et termine par la danse et non des étirements. Théophile apprécie la joie de vivre du jeune footballeur: «ce gars est impressionnant. Je l’aime bien. Vous savez, il faut une pareille personne dans un groupe et dans la société en général.

Il joue bien au football. S’il est fêtard et un peu désordonné, contentons-nous des victoires», termine-t-il en rire, visualisant une vidéo. Esther, abordée au quartier Nkomkana, avoue ne pas se connaître en football camerounais. Mais à l’évocation du nom d’Oyongo Bitolo, la description n’a rien à voir avec ses performances sur la pelouse: «qui ne le connaît pas? C’est un peu le Neymar de l’équipe nationale. Je me demande même souvent s’il s’entraîne ou bien son sport c’est la danse. Il a fini par entraîner Onguéné et Clinton Njié».

Certains artistes camerounais ont vu leurs titres exploser grâce aux prestations du jeune footballeur international. Nadine se souvient: «je ne sais plus de quelle rencontre il s’agissait. L’équipe nationale a marqué un but et Oyongo, dans son jubilé, se rapproche du public se met à danser sur un son de Nyangono du Sud du titre ‘‘foup fap’’. Ce gars est un gros fou. Je le trouve sympa».

Presvualie Ngo Nwaha (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *