Cameroon open business : Le «Made in Cameroon» en vitrine à la 3e édition

Les produits locaux comme ingrédients à l’animation de la plateforme ouverte au Centre d’affaires international de Yaoundé, Africa Business Center, ce 12 août 2021.

Photo de famille des entrepreneurs du «Made in Cameroon».

La 3e édition des Cameroon open business (COB) a dévoilé un nombre grandissant d’entrepreneurs de la production et de la consommation locales. «Tourner le dos à l’importation des produits étrangers pour la consommation des produits du terroir camerounais» est le défi de ce vaste programme de la promotion des industries locales. Ainsi, cette édition, à travers exposés, expositions, ventes et dégustation, démontre que le Cameroun est doté d’un grand nombre d’entrepreneurs.

Les COB, outil du programme national Rencontres Business Cameroon (RBC), ont donné l’opportunité à des entrepreneurs d’exposer leur savoir-faire. Doués de talents et d’expertise pour la production locale dans tous les domaines, ils favorisent la promotion et la valorisation du «Made in Cameroon», concept lancé par le secteur privé pour soutenir la production et la consommation des produits locaux.

Exposition
Anne Célestine Dje, responsable de Belifa et spécialisée dans l’agropastoral expose sur son produit phare, Cares cao. Il est constitué de fruits, de poudre de cacao, de farine de plantain et de patate, de sesame, de poudre d’escargot… Elle dévoile: «la particularité de ce produit est qu’il est un complément alimentaire». Malgré «le défaut de transformation des ressources», Astrid Ide Nfongmo Ndangang du secteur agro-alimentaire, a pu pour sa part réaliser des saucissons de poisson. «Ils sont faits à base des variétés de poisson comme le Kanga, le machoiron, le silure. Avec une saveur pimentée et une autre non pimentée», indique-t-elle. Son concept, baptisé «Yeula» qui signifie «chez nous» en langue moyà, dans le département du Nkam, dans le Nord Makombè de la région du Littoral, «voudrait valoriser ce qui est nôtre et nous identifier à travers nos racines».

Serge Armel Ndidjou, le concepteur de portique désinfectant contre le coronavirus, apporte quant à lui une nouvelle innovation dans son projet. C’est celle des paramètres médicaux de base : «le poids, la fréquence cardiaque, la tension artérielle, la température corporelle…». Avec Olivier Madiba les participants découvrent les jeux de type africain à travers Kiro’o games. «Nous créons des jeux, des bandes dessinées et des applications en nous inspirant de notre vécu», dira ce dernier.

Les COB voudraient multiplier des activités dans le cadre de la promotion du «Made in Cameroon». La communicatrice des Rencontres Business Cameroon déclare à cet effet que «l’objectif est d’atteindre un réseau de 50 000 entrepreneurs, voire plus, taillés sur mesure et formés pour aller à la conquête du monde». D’après Merveiline Tapi, «après trois éditions, nous apprécions chaque jour un peu plus l’importance d’un tel outil dans l’écosystème entrepreneurial». Elle invite les Camerounais à s’inscrire au programme comme participants et partenaires aux COB pour la prochaine édition prévue le 14 octobre 2021.

Patrick Landry Amouguy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *