Coupure d’électricité à Douala : Eneo se défausse sur la Sonatrel

Par la voix de son responsable de la Communication, la société distributrice d’énergie électrique au Cameroun a décliné sa responsabilité par rapport aux ruptures intempestives d’énergie dans la ville.

Lorsqu’il y a coupure d’énergie, tous les regards sont tournés vers Eneo. Dans les statuts WhatsApp des uns et des autres, Eneo est la seule cible. Systématiquement, l’opprobre est jeté sur l’entreprise. À Douala par exemple, après chaque coupure, les récits plaintifs des consommateurs s’articulent autour de «la malveillance» supposée du concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun. D’où des diatribes et des interrogations. «Nous disons à Eneo que nous ne voulons plus avoir de coupures régulières d’électricité et lui demandons de prendre ses responsabilités», implore cette riveraine. «C’est quoi le problème avec Eneo? Est ce qu’il n’y a pas assez d’eau pour alimenter en électricité la ville de Douala? Est-ce que Eneo pense même aux commerçants, aux élèves et aux étudiants?».

«Lorsqu’il y a coupure dans toute la ville, ce n’est pas Eneo le responsable. C’est la Sonatrel. Mais lorsqu’il y a coupure dans un quartier de la ville, la responsabilité peut incomber à Eneo», affirme Albert Ledoux Yondjeu, responsable de la communication de Eneo. La même source signale également qu’«il y a deux entités au Cameroun qui s’occupent de l’énergie électrique : la Sonatrel et Eneo. La Sonatrel s’occupe de la production de l’énergie et Eneo s’occupe de la distribution».

Diane Kenfack

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *