La plateforme de la Beac moins courue entre avril et mai

L’activité sur le marché monétaire de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) a progressivement perdu de son intensité.

Au cours des mois d’avril et de mai derniers, en effet, le marché des titres publics a, à chaque fois, été moins performant et moins dynamique que le mois précédent. Et c’est pour en tirer les conclusions qui s’imposent que cette réalité a été consignée dans les deux derniers bulletins mensuels du marché monétaire. Dans l’un de ces deux bulletins, publiés le 19 août dernier par la Beac, il est clairement indiqué qu’«en mai 2020, quinze nouvelles émissions d’une valeur totale de 230,8 milliards FCFA ont été enregistrées contre seize émissions d’un volume de 259 milliards FCFA en avril 2020». En avril dernier pourtant, l’institution bancaire sous-régionale avait déjà observé que «17 émissions d’un volume de 262,3 milliards FCFA ont été enregistrées en mars 2020», soit une baisse de régime de plus de 3 milliards FCFA entre mars et avril.

Toutefois, le marché des titres publics de la Beac n’est pas le seul à avoir pâti d’une mauvaise conjoncture. Si le compartiment interbancaire a continué à connaitre une progression au mois d’avril pour se situer à 190,7 milliards FCFA contre 149,4 milliards FCFA en mars, cette évolution ne s’est pas confirmée en mai. «Le compartiment interbancaire a reculé en mai 2020 pour se situer à 117 milliards FCFA contre 190,7 milliards FCFA un mois auparavant. À l’inverse, l’encours moyen des injections de liquidités sur le marché monétaire par la banque centrale a continué de progresser pour atteindre 273,5 milliards FCFA en mai 2020 contre 262,9 milliards FCFA en avril», a précisé, pour s’en inquiéter, l’institut d’émission de la monnaie en Afrique centrale.

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *