Zone Cémac : rentrée scolaire, calcul et angoisse des parents

Cameroun, Tchad, Gabon, RCA, Guinée Équatoriale et Congo sont dans l’effervescence de la rentrée scolaire 2023-2024. Cependant, celle-ci reste fortement impactée par la flambée des prix des manuels scolaires. Chaque pays essaye d’y faire face.

La communauté éducative déjà mobiliséSelon l’Indice Harmonisé des Prix à la consommation des ménages(IHPC) en zone CEMAC, le taux d’inflation se hisse à 5,6% en 2022 en moyenne contre 1,4% un an plutôt. Dans le communiqué de presse signé du vice -président de l’institution sous- régionale, Charles Assamba Ongodo, le 23 aout 2023, c’est un taux qui enregistre un niveau de hausse au-dessus de la norme communautaire de la CEMAC. La publication de cette note sur l’inflation comprise entre l’année 2022 et le 1er trimestre 2023 confirme la tendance haussière des produits de consommation observable à laquelle n’échappent aucuns pays d’Afrique centrale. Toute chose qui est loin d’arranger la situation des ménages à quelques jours de la rentrée scolaire.

Au Tchad par exemple, les fournitures scolaires (cartables, cahiers, livres, ardoises, crayons, règles, calculatrices scientifiques etc…) connaissent une tension inflationniste remarquable. Une douzaine de cahiers, à 1500F l’an dernier, s’arrache dans les marchés de N’djamena à 2500FCFA, renseignent des sources médiatiques sur place. Il en est de même des sacs à dos dont le prix oscille entre 4500 et 10000FCFA. Une boite de crayons se négocie à 2000F; le prix de l’ardoise est passé de 250 à 750F.

Un casse-tête pour les parents à ce moment. Idriss Abdoulaye, retraité, affirme être dans une impasse absolue. «Nous sommes à quelques jours de la rentrée, mais je n’ai d’autre issue que de prendre un crédit, car les fournitures sont chères», précise le septuagénaire chargé de la scolarisation de ses six petits-fils, interrogé par nos confrères de Alwihda Info.

Même situation en Centrafrique à une semaine du début des cours; c’est tout aussi l’angoisse chez les parents et autres acteurs de la communauté éducative. Programmé pour la même date du 4 septembre 2023 comme au Cameroun, les centrafricains font également des mains et des pieds pour être prêt le jour dit. Au Congo Brazzaville, les marchés et autres enseignes sont remplis de fournitures, en attente de potentiels acheteurs. Au grand marché de Bacongo dans l’arrondissement 2 à Brazzaville, Yvon Bendo, reconnaît chez nos confrères d’Apanews, que «quelques parents» viennent, certes, voir son étal. Mais, au final, ils n’achètent que «deux à trois cahiers et quelques stylos à bille».

Pour les parents, ceci est dû à la situation économique difficile que traverse le pays. Ce qui freine leur élan, comme le souligne M. Nzila contacté par APANEWS.Net. «la situation financière du pays nous amène à la prudence, il faut jouer les équilibristes entre la sauvegarde du pain quotidien et les impératifs de la rentrée scolaire des enfants, surtout quand ils sont nombreux».

Les bonnes nouvelles
Vente promotionnelle, gratuité des manuels scolaires, réduction des frais de scolarité, telles sont les solutions palliatives mises en place par certains Etats membres de la CEMAC. Certes l’actualité au Gabon est dominée par l’échéance électorale notamment avec l’élection présidentielle du 26 août dernier, mais les Gabonais et les Gabonaises n’oublient pas la rentrée scolaire 2023-2024 qui se profile à l’horizon. Selon le calendrier officiel dans ce pays, elle est fixée au lundi 18 septembre 2023 pour les établissements publics et privés. Un chemin de l’école, qu’auront déjà retrouvé les écoles publiques confessionnelles quelques jours plutôt, c’est-à-dire le 12 septembre 2023, d’après le ministère de l’Education nationale.

Les autorités de Libreville annoncent des mesures importantes qui vont du plafonnement du prix de l’uniforme, une réduction de 50% des frais de scolarité, et même de la gratuité des manuels scolaires. Des annonces faites par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, au cours de son allocution télévisée du 16 août dernier, en prélude veille de la célébration de la fête d’indépendance du Gabon. «Je vous annonce, mes chers compatriotes, qu’à partir de la rentrée scolaire prochaine, le prix des uniformes sera plafonné; les frais de scolarité, d’inscription à l’école, seront réduits de moitié, de 50 %; et les manuels scolaires seront totalement gratuits pour les classes de primaire et de pré-primaire. Oui, totalement gratuits. Pour assurer à chaque enfant, à chaque famille, partout sur notre territoire, un égal accès à l’éducation» a-t-il précisé. Ces différentes mesures étaient déjà en gestation depuis le conseil ministériel du 19 juillet dernier. Elles ont été présentées par la ministre de l’éducation nationale Camélia Ntoutoume Leclercq. Des décisions qui «visent également la lutte contre la vie chère au Gabon», assurent les autorités gouvernementales.

Au Cameroun voisin, les autorités tentent d’alléger les dépenses des ménages en cette veille de la rentrée scolaire 2023-2024. Il y a par exemple l’organisation des ventes promotionnelles des manuels scolaires par le ministère camerounais du commerce. C’est le cas dans la ville de Yaoundé la capitale sous l’égide de la délégation régionale du centre. Des initiatives similaires sont également organisées dans d’autres zones sur le territoire national.
Toutefois, malgré l’épreuve difficile à résoudre, les parents d’élèves entendent tout faire, pour permettre à leurs progénitures de jouir du droit à l’éducation. Un droit fondamental consacré par les Nations unies.

Joseph Ndzie Effa (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *