ZLECAF: un Indice-Pays des affaires

«Examiner de manière critique les dimensions et les indicateurs proposés pour l’indice, proposer des pistes d’amélioration et veiller à ce que les instruments proposés pour la collecte de données par le biais d’enquêtes auprès des entreprises de production ou de commerce intra-africain soient adéquats et répondent à l’objectif de l’Indice».

C’était l’objectif de la réunion qui s’est tenue les 2 et 3 septembre à Addis-Abeba. Cette rencontre (qui a rassemblé des experts du secteur privé, des universitaires et des représentants des institutions de développement s’intéressant aux questions d’intégration régionale), a également mis le cap sur la nécessité d’accompagner des entreprises nationales, notamment les petites et moyennes entreprises (PME), afin qu’elles soient mieux outillées pour jouer leurs rôles dans la Zone de libre-échange continentale.

Le secteur privé est placé au cœur du suivi de l’efficacité de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), «l’Indice-Pays des affaires permettra aux pays de mettre en œuvre efficacement l’accord en tenant compte de l’intérêt des acteurs pour qui il est conçu. Avoir un tel indice contribuera à la mise en œuvre de la ZLECAF», a souligné notamment la CEA. Cet indice qui permet d’évaluer l’incidence des facteurs affectant le commerce (y compris les mesures tarifaires et non tarifaires) et les coûts induits auxquels sont confrontés les opérateurs du secteur privé. Par ailleurs, «L’indice permettra des comparaisons entre pays, afin de rétribuer les pays qui réussissent bien à mettre en œuvre l’accord et, ce faisant, encourager les pays à créer un environnement commercial plus favorable sur tout le continent. Il s’agira en définitive d’un outil facilitant la prise de décision, qui soutiendra les entreprises et le commerce intra et extra-africain», a-t-il ajouté.

Au cours de la réunion, la méthodologie proposée pour la production de l’Indice-Pays sera testée dans une sélection de pays, dont le Cameroun et la Zambie, et sera validée au mois de novembre 2019. Cette réunion d’Addis-Abeba en Éthiopie s’intègre donc dans un projet plus vaste visant à approfondir l’intégration commerciale de l’Afrique, grâce à la mise en œuvre effective de la zone de libre-échange.

Hermine Anenigne Ngoé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *