Zlécaf et opportunités économiques : L’African Business Week dans la mouvance de la CAN

La première édition se tient depuis ce 18 janvier 2022 au Musée national, en marge de la compétition continentale de football. Elle s’inscrit dans la perspective de la conquête du marché continental et se veut une vitrine de vente et d’exposition des produits Made in Cameroon.

Une vue de la tribune d’honneur lors de la cérémonie d’ouverture de l’AB Week

Les Lions indomptables sont décidément à la mode. Contexte de Coupe d’Afrique des nations de football (CAN 2021) oblige, ils ont inspiré de nombreux concepts, à l’instar de «Lions du Made in Cameroon», ce 18 janvier 2022 au Musée national à Yaoundé. C’est à la faveur de l’ouverture dans ce haut lieu culturel et d’Histoire, de la première édition de l’African Business Week (AB Week). L’événement dont «la portée socioéconomique et commerciale» a été signalée, était présidé hier par Luc Magloire Mbarga Atangana.

Le ministre camerounais du Commerce (Mincommerce) était entouré pour la circonstance de plusieurs membres du gouvernement parmi lesquels le ministre de la Jeunesse et de l’Éducation civique, le ministre des Arts et de la Culture et le ministre de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique. La présidente de Global Capacity Building Foundation (GCBF) était également à ses côtés. Le Pr Justine Ndiffo s’y trouvait en qualité de promotrice de L’AB Week. La foire culturelle et commerciale est censée se tenir du 15 au 23 janvier prochain sur le thème: «Synergie des savoir-faire africains au service de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf)».

Lions du Made in Cameroon
«Nous saluons citoyennement les victoires engrangées par les Lions indomptables du football jusqu’à présent dans cette 33ème édition de la Coupe d’Afrique des nations et nous tenons à encourager tous les membres de notre mutuelle et de notre fondation à prendre une part importante dans toutes les séquences de cette compétition continentale». La présidente de Global Capacity Building Foundation cite abondamment dans son discours du jour, les Lions indomptables et la compétition dans laquelle ils sont actuellement engagés. Le parallèle qu’elle fait ensuite avec la première édition de l’African Business Week et la Zlecaf tient alors en quelques phrases. «Nous avons saisi l’opportunité de la Coupe d’Afrique des nations et toute la dynamique qui gravite autour pour organiser ce que nous avons appelé dans un premier temps la ‘‘CAN commerciale et culturelle’’, rebaptisée par la suite African Business Week pour nous aligner sur le cahier des charges de la CAF», révèle-t-elle.

Il se trouve pour la promotrice de l’événement que «la Coupe d’Afrique des nations est une opportunité économique que nous avons saisie pour faire la promotion du Made in Africa en général, du Made in Central Africa qui est un label développé par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et avec une place de choix réservé au Made in Cameroon», déroule le Pr Justine Ndiffo. À l’en croire, l’AB Week et les différents labels constituent alors «des outils opérationnels susceptibles d’accompagner l’appropriation de ce grand marché continental».

Une visite des stands marathon du Mincommerce, Luc Magloire Mbarga Atangana

La présidente de Global Capacity building Foundation finit par lancer: «je voudrais encourager les Lions indomptables du Made in Cameroon. Ils ne peuvent que réussir sous la houlette spirituelle et économique de son excellence Paul Biya». Des propos qui viennent faire écho à ceux du Mincommerce, président de la cérémonie d’ouverture. Luc Magloire Mbarga Atangana parle en effet des producteurs du Made in Cameroon en termes de «d’ambassadeurs et de porte-étendard du label». «Vous êtes dans le vrai, vous avez choisi la meilleure part. Persévérez, persévérez encore et persévérez», les exhorte-t-il.

AB Week va ainsi mobiliser pas moins de 500 producteurs. Au moment où débute la foire, «ils sont encore en train s’installer parce qu’ils viennent des dix régions du Cameroun. Ils ont été identifiés à travers notre plateforme en ligne», explique la promotrice avant d’ajouter: «nous avons également lancé en ligne un concours national du Lion d’or du Made in Cameroon».

CEA
La secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), Vera Songwé, était bien représentée lors de la cérémonie d’ouverture. Son message de circonstance a été délivré par Jean Luc Mastaki, le chef du Bureau sous-régional de la CEA pour l’Afrique centrale. On en retient que «L’AB Week permet de souder nos liens dans l’opérationnalisation de la Zlecaf, la deuxième plus grande organisation commerciale au monde. L’African Business Week constitue ainsi une opportunité pour favoriser le développement des chaînes de valeur selon l’approche de l’inclusivité qui consiste à ne laisser personne de côté». La CEA dit également miser gros sur les femmes et les jeunes. «Le commerce transfrontalier reste encore dominé par ces deux catégories», a relevé Jean Luc Mastaki.

L’organisation onusienne fait en effet partie des partenaires sur lesquels Global Capacity Building Foundation entend s’appuyer. «La stratégie nationale Zlecaf a déjà été élaborée avec l’accompagnement de la CEA» a rappelé le représentant de Vera Songwé. Il reste que la GCBF aura encore «besoin de l’assistance technique de la CEA pour son déploiement en Afrique centrale et de l’ouest». Le Pr Justine Ndiffo précise que cela permettra au Cameroun «de rester leader dans l’appropriation et la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine».

CAN 2023
Plusieurs producteurs de pays étrangers s’exposent également au Musée national depuis ce 18 janvier 2022. Ils viennent précisément du «Sénégal, Burkina Faso, Ghana, de la République Démocratique du Congo et de la Côte d’Ivoire». Leur standEn les remerciant pour leur participation, le Pr Justine Ndiffo a également levé un pan de voile sur l’identité du pays hôte de la prochaine édition de l’AB Week. «Elle se tiendra en Côte d’Ivoire en marge de la CAN 2023.

Des négociations sont en cours pour l’adhésion de la Côte d’Ivoire à cette idée», précise la promotrice, par ailleurs personne ressource de la Zlecaf au Cameroun. Cette approche rentre dans la stratégie de pérennisation du projet et est censée faire la démonstration de sa dimension continentale. L’objectif est «la création d’un nouveau pôle de développement en Afrique».

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *