Progression du nombre d’appels illégaux à l’épargne public en Afrique centrale

La Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf) est en campagne contre les opérations illicites de collecte de fonds par des entités non qualifiées.

Le régulateur du marché financier en zone CEMAC «attire l’attention du grand public et par voie de conséquence des populations de la CEMAC, sur ces cas d’escroqueries qui sévissent actuellement et en appellent à la plus grande prudence et à la plus grande vigilance quant à toutes offres de placement non autorisées» a-t-il fait savoir dans une récente sortie.

Dans le cadre de sa mission de protection de l’épargne publique, la Cosumaf tient à rappeler que, «conformément à la règlementation en vigueur régissant le marché financier sous-régional, seuls les intermédiaires agréés peuvent exercer des activités de collecte de fonds auprès du public». Pour le président de l’institution, Nagoun Yamassoum, «le non-respect de ces dispositions est d’ailleurs passible de lourdes sanctions, sans préjudice des poursuites pénales».

La mise en garde ainsi formulée s’adresse en réalité à «CROWD1» et «LE COFFRE DE LUXE». Il s’agit de deux entités qui se livrent depuis peu à «des activités de démarchage, de publicité et de sollicitation des fonds pour des placements financiers avec promesse de rendement», s’insurge le régulateur. Et pour l’organisme sous-régional, «ces opérations sont illicites dans la mesure où aucune entité ne peut intervenir sur le marché financier régional sans avoir sollicité et obtenu préalablement un agrément, une habilitation ou une autorisation auprès de la Cosumaf aux fins de fournir ses prestations», a lancé en guise d’ultime avertissement le président de l’institution.

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!