Plan stratégique de la BDEAC : le bilan quatre ans après son élaboration

«La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), qui ne vivait que par la grâce de ses actionnaires qui devaient tout le temps mettre un peu d’argent dans les caisses de l’institution, n’a rien reçu depuis quatre ans d’aucun d’entre eux».

 

En s’exprimant ainsi lors d’une de ses récentes sorties médiatiques, Fortunato-Ofa Mbo Ntchama faisait œuvre utile en présentant non seulement l’état de santé de l’institution sous-régionale dont il a la charge, mais en dressant également, à un an de son échéance, le bilan de son mandat. Le 8 février dernier sur Afrique Média, le président de la BDEAC s’est notamment félicité de l’autonomie financière acquise par son institution, puisqu’à l’en croire, la banque sous-régionale de développement «fonctionne désormais grâce aux fonds mobilisés sur le marché international et, on l’a vu tout récemment, grâce à ceux également mobilisés sur le marché sous-régional (107 milliards FCFA, Ndlr)».

Au bout de quatre années passées à la tête de l’institution en charge du financement du développement de la Communauté, Fortunato-Ofa Mbo Ntchama met volontiers les bonnes performances de la BDEAC sur le compte de sa vision et du plan stratégique adopté pour la période 2017-2022. «Nous avons partagé notre vision avec les partenaires. Et elle consistait globalement à répondre à trois questions à savoir : que voulons-nous faire pendant notre mandat? Que voulons-nous faire pour la BDEAC et que voulons-nous faire pour la sous-région Afrique centrale qui est le théâtre d’opération de notre institution? C’est donc sur cette base que nous avons bâti notre plan stratégique», a fait savoir en première intention le dirigeant communautaire.

Rendue à ce stade, d’après le responsable, la gouvernance est donc «bonne», le bilan aussi. Mais pour atteindre ces performances, il a fallu du point de vue du président de la BDEAC, offrir aux investisseurs des garanties d’un retour sur investissement. Cela a d’ailleurs justifié «que les partenaires ne se soient pas seulement contentés d’apprécier le plan stratégique que nous leur avons présenté, puisqu’ils ont aussi voulu comprendre quelle était notre approche pour le mettre en œuvre», a enfin fait savoir Fortunato-Ofa Mbo Ntchama le 8 février dernier.

Théodore Ayissi Ayissi 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!