Pain, fer à béton et ciment : Le Mincommerce anticipe sur les démons de 2008

Non et encore une fois, pas comme en 2008 ! En discutant avec des opérateurs économiques le 19 avril 2021 à Yaoundé, Luc Magloire Mbarga Atangana a davantage plaidé pour les consommateurs.

Luc Magloire Mbarga Atangana, le ministre du Commerce.

Ces derniers, selon le ministre du Commerce (Micommerce), sont coincés entre l’enclume de l’épidémie de Covid-19 et le marteau de la crise économique. «Le contexte social nous impose une grande vigilance, d’éviter toute tension sociale, les populations sont confrontées aux problèmes sanitaires, nous devons tout mettre en œuvre pour préserver la paix sociale», a-t-il exposé au cours d’une réunion à laquelle ont également pris part quelques responsables du ministère des Finances, et ceux de la direction générale des Douanes.

Parce que des perturbations des prix du fer à béton se font sentir ici et là, et des rumeurs sur la hausse des prix du pain et du ciment circulent depuis quelques mois sur le marché, le Mincommerce a montré à ses interlocuteurs combien la situation est particulièrement délicate pour les consommateurs. Durant cet exercice, Luc Magloire Mbarga Atangana a exhorté les opérateurs à éviter le niveau du choc enregistré au début de l’année 2008. Au milieu des revendications nourries par les opérateurs économiques, le membre du gouvernement a appelé les uns et les autres à élaborer leurs grilles de prix sous un bon angle.

Ce d’autant plus que, selon le Mincommerce, les pouvoirs publics mettent tout en œuvre pour accompagner les entreprises notamment en ce qui concerne l’approvisionnement en intrants. Bien plus, Luc Magloire Mbarga Atangana a évoqué l’appel à manifestation d’intérêt, pour le recrutement d’un partenaire (banque, établissement de microfinance) en vue de la mise en œuvre «du fonds de relance économique au profit du secteur productif». Dotée de 7 milliards de FCFA, l’enveloppe devrait permettre aux entreprises de se relever de la crise du coronavirus. De façon globale, un plan triennal (2021-2023) d’un montant de 871,8 milliards FCFA a été mis sur pied et annexé à la loi de finance 2021. Les mesures envisagées dans ce plan s’inscrivent entre autres dans le cadre de la politique nationale d’import-substitution et de promotion de la préférence nationale, en vue de renforcer la capacité de résilience du tissu économique local face aux chocs extérieurs.

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!