Entrée aux États-Unis : Ce qu’il faut savoir de la «Biden politics»

Selon l’ambassade américaine à Yaoundé, le nouvel exécutif en poste à Washington dispose d’un plan précis pour l’immigration.

Le président américain Joe Biden

Épineux sujet migratoire. À l’ambassade des États-Unis au Cameroun, il se rappelle avec force depuis la controverse relative au rapatriement d’une soixantaine de Camerounais du pays de l’Oncle Sam. Sollicitée par nos soins le 8 février 2021, Leanne Cannon montre que les nouvelles autorités de Washington et le gouvernement se veulent «immigrationnistes», mais pas laxistes. Rappelant la sortie du président Joe Biden sur Twitter le 2 février dernier, la porte-parole de l’ambassade américaine à Yaoundé ne cache pas qu’il existe une nouvelle stratégie du gouvernement américain en matière d’immigration.

Pour structurer cette réflexion, Leanne Cannon convoque trois décrets signés par l’actuel patron de la Maison Blanche le 2 février 2021. Le premier, énonce la diplomate américaine, «détaille la diplomate américaine, crée un groupe de travail sur la réunification des familles». Le second, assure la même source, «crée un cadre pour s’attaquer aux causes de la migration à travers l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale». À en croire Leanne Cannon, le dernier décret commande «des mesures pour restaurer la confiance dans le système d’immigration légale aux États-Unis et promouvoir l’inclusion et l’intégration des nouveaux Américains».

Partenaire
Selon la porte-parole de la chancellerie américaine à Yaoundé, le chef de l’exécutif américain a signé un décret mettant fin aux interdictions discriminatoires à l’entrée aux États-Unis le 20 janvier dernier. Leanne Cannon rappelle que ce texte a annulé certaines pratiques d’immigration de l’administration précédente et décrit la politique d’immigration voulue par les nouvelles autorités de Washington. «Les États-Unis seront un partenaire fiable, travaillant avec les gouvernements, les organisations internationales, la société civile et le secteur privé pour établir et mettre en œuvre une stratégie globale qui s’attaque aux causes profondes de la migration irrégulière.

Cette stratégie fournira également un cadre de collaboration pour améliorer l’accès à la protection humanitaire ainsi que pour renforcer les programmes de travail et autres programmes de visa non liés à la protection humanitaire. La coopération internationale est essentielle pour garantir une migration sûre, ordonnée et humaine», décline-t-elle. Et d’ajouter: «l’ambassade est consciente des préoccupations qui ont été soulevées au sujet du statut de certaines personnes renvoyées au Cameroun depuis les États-Unis sur des vols d’expulsion récents. Les droits de l’homme sont une priorité majeure dans notre engagement avec le gouvernement, la société civile et d’autres au Cameroun, et nous surveillons cette situation pour d’information à propos des préoccupations soulevées».

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!