Volontaires: le retour des enfants prodiges

Après avoir menacé de suspendre leurs interventions autour de la compétition, les bénévoles sont toujours dans le jeu.

Il y a quelques semaines, ils s’étiraient comme s’ils vieillissaient de plusieurs années. Mais, ils le cachaient. Chacun s’inclinait devant son sort sans éprouver la nécessité de chercher plus loin. Au moins, ils étaient devenus rebelle pour la cause juste ; versement des honoraires et octroi d’équipements appropriés. La chronique CHAN 2020 révélait alors qu’un mouvement d’humeur des volontaires couvait sur le site du stade omnisports Ahmadou de Yaoundé, où était basée la poule A, constituée du Cameroun, du Burkina Faso, du Mali et du Zimbabwé.

Pour apaiser les tensions, le Sud-africain Ka-belo Bossilong est venu prêter ses bons offices. Les volontaires recrutés par la Confédération Africaine de Football (CAF) dans le cadre de cette compétition ont pu percevoir la somme de 10 000 FCFA chacun, représentant leurs indemnités de transport, à raison de 2000 FCFA par jour. Le journal du Cameroun croit savoir que ce rappel à l’ordre de l’officiel de la CAF a contribué à améliorer leur prise en charge car, sur ces entrefaites, ils ont reçu le reste du kit, même avec des chaussures aux couleurs disparates (noir, bleu et blanc). Aussi, ils ont, jusqu’ici, bénéficié du casse-croute, le minimum qui leur manquait au début de la compétition. Sur les sites de Douala-Bépanda et de Douala-Japoma pourtant, si les espèces sonnantes et trébuchantes qui faisaient défaut, elles sont disponibles autant que les kits.

Certaines sources au ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep), la cellule de la communication estime qu’il n’y a pas lieu d’en faire un drame. En réalité, explique-t-on ici, «le lot d’équipements fournis par la CAF n’a suffi que pour 900 volontaires. Or 2000 volontaires sont mobilisés sur les quatre sites de la compétition. Nous avons donc du produire quelques équipements, notamment des polos pour ceux des volontaires qui n’ont pas pu être servis sur le lot de la CAF. C’est une solution de secours qui vient rattraper une carence». Ici, on invite les mécontents à la compréhension ; non sans rappeler le sens de l’engagement au volontariat et le devoir d’éviter toute polémique ou situation qui pourrait déteindre sur l’éclat de la «belle fête» sportive que le Cameroun organise avec brio depuis deux semaines.

Bobo Ousmanou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!