PANORAMAPORTRAIT DÉCOUVERTE

Village des Lions indomptables : le football camerounais et ivoirien en vitrine

L’exposition des figures et des grands noms de de la CAN de 1984 en Côte d’Ivoire constitue la principale innovation de cette fanzone qui a ouvert ses portes le 13 janvier dernier à Yaoundé.

Jules Denis Onana, ancien international camerounais

La fanzone des Lions indomptables du Cameroun située au monument Charles Atangana (Yaoundé) fait sa mue. À l’occasion de la 34ème édition de la Coupe d’Afrique des nations (Can TotalEnergies 2023) qui se tient en Côte d’Ivoire. Sur les lieux, des agents de la mairie de la ville passent les derniers coups de balai. «Les employés de la Communauté urbaine de Yaoundé nettoient le site. En revanche, l’installation du matériel sonore les écrans géants, les tentes, les drapeaux se fera à partir du 11 janvier prochain. Le 12 janvier nous aurons tout le temps de tester les appareils, et le 13 janvier, nous serons prêts pour la diffusion du match d’ouverture», rassurait déjà Jules Denis Onana, ancien international camerounais. Cet espace de cordialité et de convivialité va en effet ouvrir ses portes aux supporters des Lions indomptables de 11h à 23h durant la compétition. «Puisque les premiers matchs débutent à partir de 14h et comme nous sommes situés en plein cœur de la capitale politique, les personnels et usagers des différentes administrations viendront à partir d’une certaine heure pour satisfaire leur panse et attendre également les matches de la journée. Il faut souligner que cette fanzone est plébiscitée depuis le Championnat d’Afrique des nations (Chan 2021). Nous attendons déjà les supporters pour venir apprécier le spectacle», poursuit-il très décontracté.

Innovations
À chaque édition des grand-messes du football continental, la fanzone des Lions indomptables apporte une touche particulière. «La particularité de cette édition est la commémoration du quarantième anniversaire de la première Can que nous avons gagnée en Côte d’Ivoire en 1984. À cet effet, nous avons prévu une exposition photo qui retracera les cinq dernières Can remportées par les Lions indomptables. Et on fera un clin d’œil à la génération de 1984 qui a écrit les plus belles pages de l’histoire du football du Cameroun», confie Jules Denis Onana. Dans la fourchette, l’on peut citer Théophile Abega Mbida, Grégoire Mbida, Réné Ndjeya, Thomas Nkono, Toubé Ewoudou, Kundé Emmanuel, Roger Milla, Luc Mbassi, Lea François Ndoumbé. En somme, «tous les 22 acteurs seront mis à l’honneur. Malheureusement, ils sont nombreux qui sont décédés. Il est question pour nous à travers cette exposition de leur rendre un vibrant hommage pour ce qu’ils ont fait», est-il indiqué.

En outre, ajoute l’ancien Lion indomptable, «on aura aussi les grands noms des joueurs Ivoiriens de cette épopée 1984 à l’instar de Gadji Celi Saint Joseph, Youssouf Falikou Fofana, Michel Goba, Jean Désiré Sikely, Remi Placide Gaba, pour ne citer que ces noms. Pour tout résumer, «l’histoire entre le Cameroun et la Côte d’Ivoire est assez particulière. Nous allons mettre l’emphase sur Abidjan 1984 en pensant non seulement aux Lions indomptables du Cameroun, mais aussi aux Eléphants de l’époque et forcement aux chefs d’État», renchérit l’ancien défenseur des Lions indomptables du Cameroun de 90.

Souvenirs et nostalgie
Jules Denis Onana, ancien joueur de l’équipe nationale du Cameroun, n’est pas resté insensible aux différentes Coupes d’Afrique des nations (Can). Néanmoins, ses souvenirs sont ceux de la Can de 1984. Il a suivi le match à la radio. «Abel Mbengue, journaliste émérite, avait fait de très bons reportages. On a ramené la coupe, on l’a vécu en tant que gamin. Ensuite la Can 1986, même si on ne l’a pas remportée, pour moi elle a été une très grande expérience, on l’a vécu en direct à la télévision. Nous avons vu les Lions indomptables évoluer à un très haut niveau». Enfin, «il y a la Can de 2017». Malgré les doutes et le scepticisme des supporters, «nous avons toujours cru aux Lions indomptables. Il y a toujours quelque chose qui vient du tréfonds de leur être et surtout avec la révolte de Nicolas Nkoulou, on a gagné la Coupe d’Afrique des nations face à l’Égypte au Gabon». L’ancien joueur et défenseur des Lions indomptables a quant à lui joué la Can de 1990 et celle de 1992. «Malheureusement, les espoirs n’ont pas été couronnés de trophées», regrette-il. «Ces années ont été une mauvaise expérience pour l’équipe, on a été éliminé au premier tour, on avait une équipe qui balbutiait, malgré la qualification pour la Coupe de monde Italie 90», poursuit-il. Nonobstant ces différentes débâcles, «nous avons tiré des leçons. Ce qui a permis au Cameroun d’être à nouveau sur le toit de l’Afrique à la Coupe d’Afrique des nations 2000 et 2002. L’équipe nationale devient ainsi l’une des meilleures sur le continent», pavoise Jules Denis Onana.

Olivier Mbessité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *