Vers la création d’un marché unique de la culture

La culture étant un moteur puissant de l’épanouissement d’un pays, les autorités devraient accorder de la valeur à ce secteur pour le développer.

Tel est l’esprit qui se dégage au terme de la première rencontre des ministres de la Culture de la communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), tenue le 30 novembre dernier à Brazzaville. C’est ce qui a fait dire au Premier ministre congolais, lors de l’ouverture des travaux, qu’«il est important de valoriser la culture africaine, car elle contribue également au développement d’un pays. Pour que cette culture soit développée, elle doit être accompagnée de la paix, parce que la culture ne peut s’exprimer sans la paix. Grâce à elle, nous valorisons et partageons nos coutumes par le cinéma, le théâtre, la musique et la littérature dans le monde entier, raison pour laquelle l’on doit investir dans ce domaine».

Défis
Afin de viabiliser un marché unique des œuvres culturelles, plusieurs défis, présentés par l’UNESCO, devraient être surmontés par les 11 pays de la CEEAC. Le directeur général de l’organisation onusienne spécialisée, Firmin Matoko, les a présentés lors de la rencontre. De son exposé, on retient qu’«il faudrait revoir le statut des artistes et combattre l’esprit de piratage qui nuit au travail des artistes africains, afin que ces derniers se retrouvent dans leurs œuvres». Dans la carte culturelle mondiale, l’Afrique centrale est pratiquement un no man’s land. Sur 1074 sites culturels que compte le monde, l’Afrique centrale n’en possède que deux. De ce fait, cette région devrait fournir des efforts pour promouvoir une industrie culturelle.

Pour rappel, l’objectif de cette réunion, pour la CEEAC, était de mettre en place des stratégies pour le développement et la promotion, ainsi que les défis à relever en vue de faire évoluer la culture africaine. Elle s’est tenue sous le thème «Le rôle de la culture des industries créatives dans le développement de la CEEAC, à travers la mise en œuvre de la stratégie sous-régionale de développement et de promotion de la culture».

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *