Université virtuelle Panafricaine: De l’analogique au numérique

Destinée à offrir des formations diversifiées aux africains, l’institution a été lancée le 20 décembre
2019 à Yaoundé et vient renforcer l’offre de formation de la commission de l’Union Africaine.

Pour des formations de qualité en Afrique.

Offrir un meilleur accès à une éducation supérieure et continue de qualité en Afrique, dans le but
d’atteindre un grand nombre d’étudiants et de professionnels dans différents lieux en vue de
développer les ressources éducatives libres d’accès et à distance (Odel). L’objectif, est celui du
l’université virtuelle et numérique panafricaine. L’institution rattachée à l’Université panafricaine a
été officiellement inaugurée le 20 décembre 2019 à Yaoundé, au cours d’une cérémonie présidée par le Pr Jacques Fame Ndongo, ministre d’Etat, ministre des enseignements supérieur.

Dans son propos, le Chancelier des ordres académiques, n’a pas tarit d’éloges à l’endroit de l’institution panafricaine installée au Cameroun. «C’est une grande avancée pour l’Afrique. Tout est à mettre à l’actif de nos chefs d’Etat et de gouvernement qui ont mis le paquet pour que cette université virtuelle puisse voir le jour. C’est une fierté pour le Cameroun d’abriter une institution futuriste, une institution d’avant –garde, une institution qui plonge le continent africain
dans la modernité cybernétique qui permet donc à nos universités de passer de manière fondamentale de l’analogique au numérique », a déclaré le chancelier des ordres académiques de la
République du Cameroun. De même avis, le Pr Sarah Anyang Agbor, commissaire HRS de l’Union
africaine a dit sa satisfaction quant l’aboutissement de ce projet chérit par l’instance des chefs d’Etat africains.

Récompenses

Au cours de cet événement certaines membres de l’institution ont été honorés pour leur brillante participation dans la mise en place de l’université virtuelle et numérique panafricaine. Ils ont reçu des attestions en guise de remerciements.

Projet mis en œuvre par l’Union africaine, l’université virtuelle et numérique panafricaine s’inscrit
dans l’optique de répondre au besoin d’accélération du développement du capital humain, de la
science, de la technologie et de l’innovation exprimé dans l’agenda 2063.

Joseph Julien Ondoua Owona

 

Université virtuelle et numérique Panafricaine

La nouvelle offre de l’Union Africaine

La commission de l’Union Africaine ambitionne  former des étudiants capables de créer des emplois.

Les managers de l’organisation continentale ont en esprit de réaliser une offre qui octroie  savoir, connaissance et compétences, aux jeunes africains quel que soit le lieux où ils se trouvent. En effet, l’Afrique vient de s’enrichir d’un joyau universitaire, dont le siège est à Yaoundé (Cameroun). Il s’agit de l’université virtuelle et numérique panafricaine. Inauguré le 20 décembre 2019 par Jacques Fame Ndongo, ministre d’État, ministre de l’enseignement supérieur, chancelier des ordres académiques, cet institut devra apporter une nouvelle ère dans la dispensation des savoirs en Afrique.

Selon Mahama Ouedraogo, directeur des Ressources humaines de la Science et de la Technologie de l’Union africaine,  l’avènement de cette université numérique vient résorber « la crise des enseignements en Afrique ». C’est-à-dire, le fait qu’en Afrique les enseignements sont plus basés sur la capacité des étudiants à restituer les connaissances acquises et non sur leurs capacités à mettre ces savoirs en pratique. Pire, encore, à innover.

Parce qu’elle est numérique, l’enregistrement des étudiants se fait en ligne, et les cours aussi. Et, « la plupart des cours vont bénéficier d’une assistance d’un professeur qui va de temps en temps s’en quérir de l’évolution du niveau des apprenants pour les assister », décline membre de la commission de l’UA. Et, même si l’école supérieure envisage d’offrir des formations variées aux apprenants, son top management met un point d’honneur sur la professionnalisation des apprenants. Ceci en vue de répondre aux besoins de l’heure en Afrique : former des diplômés capables de s’auto-employer.

Entrepreneuriat et communication

Pour y parvenir, l’université virtuelle panafricaine et numérique garantit des enseignements sur deux aspects. Premier aspect, l’entrepreneuriat. «Pour le moment nous commençons avec un cours sur l’entrepreneuriat parce que nous nous sommes rendu compte qu’il est très important que les étudiants africains qui sont formés arrivent à avoir des connaissances dans le domaine de l’entrepreneuriat. Ceci en étroite ligne avec nos différentes stratégies sur le plan continental, la stratégie sur l’enseignement technique et la formation professionnelle qui veut s’assurer que nous sommes en train de former des étudiants africains qui sont capables de créer des entreprises au lieu de former des étudiants qui sont à la recherche de l’entreprise », explique le directeur des ressources humaines des sciences et technologie.

Second aspect : la communication.  «Vous vous rendez compte qu’avec tous les moyens techniques de communication, les réseaux sociaux etc., il y a beaucoup d’informations qui circulent et ces informations ne sont pas toutes vraies. Au-delà des informations que vous recevez qu’est-ce qu’il faut en tirer pour savoir qu’on va dans la bonne direction. C’est essentiellement ces cours que nous allons donner dans une première phase, et dans une seconde phase nous allons voir comment offrir plus de diversité dans l’enseignement à distance en Afrique », précise le membre de l’équipe dirigeante.

L’université est ouverte à tous les africains. Au sortir de cette formation, munis de leur attestation de fin de formation, les apprenants auront accumulés des compétences nécessaires pour exercer. A ce jour, plus de 300 postulants frappent aux portes de cette institution. Et le début des cours est prévu pour le 15 janvier 2020.  

Officiellement lancée ce 20 décembre 2019 à Yaoundé, siège de l’université panafricaine, l’institut universitaire virtuel et numérique panafricain a pour d’offrir une éducation de standard mondial à l’Afrique, en tout temps, en tout lieu. Le but ultime étant de mener des recherches novatrices pour catalyser l’agenda 2063 de l’Union africaine.

Joseph Julien Ondoua Owona

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *