Tshisékédi, Mazenga et Verissimo : le commando de la CEEAC pour sauver le Tchad

La situation politique au Tchad exigeait une action forte de la sous-région.

 

Elle est venue le 25 octobre dernier de la part de la conférence des chefs d’État de la CEEAC réunie en session extraordinaire, sur convocation du président de la RDC, le président en exercice de l’instance sous-régionale. Les chefs d’État ont entre autres décidé «de la désignation de Félix-Antoine Tshisékédi comme facilitateur du processus de transition». À en croire le communiqué final, les dirigeants de la sous-région ont également pris l’option de lui adjoindre deux autres personnalités. En l’occurrence «Didier Mazenga Mukanzu, président du Conseil des ministres de la CEEAC et ministre RD(Congolais) de l’Intégration régionale et de la Francophonie; et Gilberto Da Piedade Verissimo, président de la Commission de la CEEAC», précise ledit communiqué. En qualité «d’envoyés spéciaux chargés d’appuyer le facilitateur dans sa mission désignée de facilitation de la transition au Tchad», est-il en outre souligné.

 

Dans le cahier de charges des membres du commando ainsi constitué, figure la mission de «poursuivre sans relâche, les consultations auprès de l’Union africaine (UA), la Communautés des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), la CBLT et le G5-Sahel». L’objectif est d’«aboutir au soutien de la transition au Tchad, fondé sur le principe de la subsidiarité». Les dirigeants de la sous-région «exhortent à cet effet les partenaires bilatéraux et multilatéraux du Tchad, particulièrement l’Onu et l’UA, à maintenir et à renforcer leur appui diplomatique, financier, matériel et technique». Tout en adressant leurs condoléances au gouvernement et au peuple tchadien pour les morts enregistrées le 20 octobre dernier. À la suite du Dialogue national inclusif et souverain.

 

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *