Trafic aéroportuaire : ADC s’envole vers la modernité

Depuis peu, l’entreprise dispose d’un matériel de pointe pour la gestion des plateformes aéroportuaires du Cameroun selon les normes et standards internationaux.

40 charriots porte-conteneurs, 26 charriots porte-palettes de 20 pieds, 15 charriots porte-bagages, 2 charriots porte-bagages vrac couverts et 30 bancs de stockage de conteneurs, un Ground Power Unit (générateurs externes d’énergie qui permettent le démarrage des avions), des Air Conditioning Unit (groupes de climatisation mobiles) et un important lot de pièces de rechange de première qualité. La cargaison, sortie tout droit des usines de Miloco production, situées à Glomol (France), vaut environ 760 millions FCFA. Elle vient d’être acquise par ADC (Aéroports du Cameroun) au profit de 4 espaces aéroportuaires (Douala, Yaoundé-Nsimalen, Garoua et Bamenda).

Sur un air de reprise du trafic avec l’assouplissement de la mesure préconisant la fermeture des frontières, ADC a pensé à outiller son personnel sur les modalités d’exploitation des matériels. L’entreprise à capitaux publics a instauré des modules de formation axés sur la sensibilisation à la sureté selon les exigences de l’OACI (Organisation internationale de l’aviation civile). Concrètement, il s’agit des formations règlementaires, celles des métiers, des conférences et des colloques.

Vision
Franck Oyono, chef du service sureté et sécurité incendie à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, inscrit cette vision avant-gardiste dans le cadre du plan de réhabilitation des aéroports du Cameroun, décliné en Plan stratégique 2017-2022. Il y a quelques mois, ce dernier a permis l’acquisition de 1396 sièges pour les salles d’embarquement des aéroports de Douala, Yaoundé-Nsimalen, Garoua et Bamenda. Sur ces différents sites, ADC consacre de gros moyens financiers. Plusieurs réalisations observables donnent déjà satisfaction, notamment avec la rénovation des chaussées aéronautiques de l’Aéroport international de Douala, la mise à niveau et l’informatisation du service fret.

D’un montant de 4,4 milliards FCFA financé par l’AFD (Agence française de développement), la réfection de l’aérogare, la rénovation de la piste d’atterrissage et du bâtiment principal ont débuté en 2016. Ces investissements ont deux principaux objectifs: renforcer la sécurité et la sureté de l’aéroport, en conformité avec les exigences internationales de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) et d’IATA (Association internationale du transport aérien); améliorer la rentabilité de l’exploitation de l’aéroport par une réduction des couts d’exploitation de la piste, et une augmentation de la performance opérationnelle et des recettes extraaéronautiques.

ADC est engagée, depuis quelques années, dans un vaste chantier de modernisation et de rénovation de son patrimoine. La direction générale de la société entend ainsi donner un visage futuriste aux différentes plateformes aéroportuaires du Cameroun, dans le but de les arrimer aux normes et standards internationaux. ADC mise alors sur le confort des usagers et fait de l’amélioration des conditions de travail de son personnel son leitmotiv. Il est dès lors question pour le top management de positionner les principaux aéroports du Cameroun comme des destinations sûres.

Cindy Michèle Manetsa (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!