Tirer profit de la ZLECAF, la CEA soutient le Cameroun

Le but : préparer à la mise en œuvre effective de la ZLECAf et de traduire celle-ci en actions directes et concrètes au niveau national.

Les enjeux de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) et ses implications pour l’économie camerounaise étaient au cœur des discussions à Yaoundé le 27 novembre dernier à la faveur d’un atelier de sensibilisation organisé par les autorités camerounaises, en partenariat avec la Commission Economique des Nations unies pour l’Afrique (CEA).

Dans son allocution d’ouverture, Paul Tasong, le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) a souligné les avantages de la ZLECAf au plan macro-économique, « notamment pour les producteurs qui vont engranger des gains immédiats grâce à l’accès à des intrants bon marché, à une variété de produits intermédiaires provenant d’autres pays africains et à des marchés plus importants pour leurs produits. », a-t-il déclaré.  « Cela leur permettra également de produire plus efficacement, de manière plus compétitive et moyennant de plus grandes économies d’échelle ».

Le Cameroun, qui fut parmi les premiers signataires de l’Accord instituant la ZLECAf, entend désormais créer les conditions de sa mise en œuvre en permettant à tous les acteurs, tant publics que privés, de se l’approprier. Ces ateliers permettent au gouvernement d’identifier les politiques et moyens d’approche qui doivent être poursuivis pour entamer le processus de mise en œuvre de l’Accord.

Antonio Pedro, le directeur du bureau Afrique centrale de la CEA a quant à lui réaffirmé l’engagement de la CEA à travailler avec le gouvernement du Cameroun pour une meilleure appropriation des enjeux et une mise en œuvre effective de la ZLECAf : « Il est fondamental d’instaurer et entretenir un dialogue continu avec les premiers concernés, afin de leur donner la possibilité non seulement de mesurer la portée de la ZLECAf mais aussi d’exprimer leurs priorités et défis à venir », a-t-il affirmé. « Ces espaces d’échanges sont conçus pour faire la différence dans la mise en œuvre effective de la ZLECAf pour l’économie camerounaise ».

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *