Station pilote d’ultrafiltration des eaux 18 : Interwar étanche la soif des populations de Soa

C’est le fruit de la coopération décentralisée avec le consortium germano-camerounais. L’objectif est de réduire les maladies hydriques à leur plus simple expression.

La délégation allemande à la cérémonie d’inauguration

 

L’inauguration de la station pilote d’ultrafiltration des eaux s’est faite le 1er novembre dernier au Centre de santé intégré de Soa. En présence des autorités administratives, traditionnelles et d’une forte délégation allemande. Ces personnalités ont désigné ensemble le fruit de la coopération germano-camerounaise. Dans une ambiance empreinte de cordialité et de convivialité, Essama Embolo, maire de la commune de Soa a exprimé son satisfecit au sujet de cette coopération fructueuse.

 

«Je voudrais d’abord demander au ministère fédéral allemand de la Recherche et de l’Éducation qui a assuré le financement de ce projet à travers certains organismes tels que l’entre-deux-guerres et l’université de Yaoundé I, notamment le département de biologie et de physiologie végétale en charge des études », laissez-t-il entendre. Et de poursuivre : « C’est un projet qui a été maturé depuis plus d’un an entre la commune, l’organisation non gouvernementale Ciel bleu et la coopération germano-camerounaise. Le 25 février 2022, nous avons procédé à la signature d ‘un mémorandum qui a été suivi de la réalisation technique efficace. Et nous sommes heureux de pouvoir procéder à l’inauguration ».

 

Le maire de la commune explique plus loin que « Ledit projet est le résultat de la décentralisation et plus précisément de la coopération décentralisée ». Et la commune de Soa est ouverte à cette coopération décentralisée. Dans les jours à venir, nous allons également procéder à l’inauguration de l’adduction d’eau potable du district de Soa grâce à la coopération entre la commune et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans sa représentation au Cameroun» .

 

Développement durable
L’ouvrage rétrocédé aux responsables du Centre de santé de Soa permettra aux populations de bénéficier d’une eau de qualité dont la quantité est fournie à 4000 ml. «Ce qui leur permettra surtout de préserver leur santé et d’améliorer leurs conditions de vie», assure Emmanuel Youmbi, enseignant à l’université de Yaoundé I. Selon l’universitaire, le projet est un programme pluridisciplinaire qui répond «aux défis du développement durable à travers la sécurité alimentaire, la santé et l’assainissement ». Dans la même veine, le Coordonnateur du projet Interwar Manuel Krauss avec les partenaires au développement, la réalisation du projet s’inscrit dans le souci d’améliorer durablement l’approvisionnement en eau potable.Selon le coordonnateur, le projet devrait en principe produire l’eau potable durant toute l’année,

 

Ceci est une aubaine pour endiguer les maladies telles que l’épidémie de choléra et autres. En dehors de Soa, Yaoundé V et Douala V ont également généré un projet de même nature. «Ces trois sites peuvent servir d’exemple sur la façon dont l’eau potable peut être fournie lors des catastrophes. Ainsi, les trois comités de l’eau préoccupante sont conviés à une meilleure connexion pour mieux pallier ou échanger sur les difficultés et les solutions, je suis convaincu qu’ensemble vous trouverez de bonnes solutions», souhaite-il. Et de conclure : « vous êtes responsables du projet de l’eau potable et sachez que vous serez confrontés aux difficultés en cas de panne. Pour cela, nous vous soutiendrons jusqu’à la fin de l’année prochaine».

Olivier Mbessité

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *