Sommet sur la paix : Paul Biya annoncé à Paris

Le chef de l’État camerounais est pressenti parmi les invités du président Emmanuel Macron à la seconde édition du Forum pour la défense du multilatéralisme.

Paul Biya et Emmanuel Macron à l’Elysée.

Paul Biya sera à la Grande halle de La Villette (Paris), du 11 au 13 novembre 2019. En exclusivité dans sa livraison du 23 octobre dernier, La Lettre du Continent (LLDC) livre cette information. Selon la publication d’Antoine Glaser, le président camerounais prendra part au Sommet sur la paix. Le journal confidentiel français est d’autant plus affirmatif qu’il dresse la liste d’autres grands invités à ces assises. À en croire LLDC, d’autres chefs d’État africains figurent sur la liste officielle des invités de l’Élysée (notamment Obiang Nguema, Idriss Deby, George Weah et Félix Tshisékedi).

«Relance»
Absent lors de la première édition en 2018, Paul Biya est annoncé aux avant-postes de ce rendez-vous international annuel pour «tous les acteurs de la gouvernance» (États, organisations internationales, gouvernements locaux, ONG, universitaires, fondations ou entreprises). Cela est d’autant plus envisageable que le 23 octobre 2019au sortir de l’audience à lui accordée par le chef de l’État camerounais, Jean-Yves Le Drian avait parlé de «relance» entre Yaoundé et Paris.

On se souvient qu’après avoir reçu une invitation officielle pour participer au même événement l’an dernier, Paul Biya ne s’était pas rendu en France. Le sujet avait fait polémique tant le revers fut cinglant: l’Élysée avait retiré de ses fichiers le nom du locataire d’Étoudi. Bon nombre de commentateurs politiques locaux jetèrent alors le soupçon sur l’état des relations entre Paul Biya et Emmanuel Macron; laquelle selon eux, n’augurait rien d’autre que la crispation.

Si entre temps aucun «glissement d’agenda» ne disqualifie celui dévoilé par LLDC, Paul Biya foulera ainsi le sol français pour la seconde fois en moins d’un mois. En effet, le 8 octobre dernier à Lyon, il était présent à la conférence du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. À cette occasion-là, le vainqueur de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 au Cameroun a été confronté à la violence verbale de quelques activistes politiques opposés à son régime.

Jean-René Meva’aAmougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *