Sida : le dépistage ne fait pas courir

Dans le rapport de l’Onusida de 2018, l’Afrique centrale reste à la traîne en matière d’avancée dans la lutte contre le sida en Afrique.

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’Onusida lors de la présentation du rapport 2018

En 2017, seulement 26 % des enfants et 41 % des adultes ont eu accès au traitement. L’un des problèmes en Afrique centrale demeure l’information sur la sérologie. À la fin de 2017, moins de la moitié des personnes vivant avec le VIH (48 %) connaissaient leur sérologie dans la région. À peine deux sur cinq (40 %) avaient accès à une thérapie antirétrovirale et moins du tiers (29 %) bénéficiaient d’une suppression de la charge virale.

En 2017, 15 % des 9,4 millions de personnes non diagnostiquées vivant avec le VIH vivaient en Afrique centrale. 11 % des 19,4 millions de personnes vivant avec le VIH, mais ne bénéficiant pas d’une suppression de la charge virale s’y trouvaient également en 2017. « Connais ton statut », le thème de la trentième édition de la Journée mondiale de lutte contre le sida, organisée ce 1er décembre, tombe donc à point nommé.

Causes
Parmi les mobiles à cet état de fait que relève le rapport, le financement national insuffisant et la défaillance des systèmes de santé arrivent en tête. Ensuite, le caractère payant des soins de santé, la dégradation de certaines situations humanitaires ainsi qu’une stigmatisation et une discrimination importantes ont mis à mal les efforts visant à intensifier le dépistage et le traitement du VIH dans la région.

Zacharie Roger Mbarga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *