Sécurité aérienne : l’agence de supervision de la Cemac sort de la léthargie

En proie à de nombreuses difficultés, l’Agence de supervision de la sécurité aérienne en Afrique centrale (Assa-AC) vient d’adopter des mesures de renaissance.

Pour mettre fin à la pénurie financière, les ministres en charge du transport aérien ont convenu d’un accord de contribution égalitaire de soixante millions de francs CFA par État. Les postes restés vacants depuis plusieurs années seront pourvus dans les prochains jours. Le Comité des ministres du Transport a retenu les candidatures de Nafi Hélène Mboumba, de nationalité gabonaise, au poste de contrôleur financier, et de Francisca Benime Yambombo, de nationalité centrafricaine, au poste d’assistante de direction.

Le président en exercice de la Cemac devrait valider ces nominations et les formaliser par acte additionnel. Pour ce qui est de la reprise des activités de l’Assa-AC, une session extraordinaire du Comité des ministres sera convoquée dans un délai de six mois. Le directeur général, en la personne du Centrafricain François Alexandre Kiapo, présentera la feuille de route d’opérationnalisation de l’agence.

Autre dossier majeur, l’adhésion de Sao Tomé et Principe. Les ministres ont chargé leur homologue tchadien Mahamat Tahir Orozi, en sa qualité de président du Comité, de prendre attache avec son collègue de Sao Tomé et Principe pour les procédures d’adhésion du pays à l’institution.

Background
L’Assa-AC est une agence d’exécution de la Cemac, créée par acte additionnel N° 15/07/Cemac du 25 avril 2007. Elle est érigée en institution spécialisée en juillet 2012, par les chefs d’État. Son but est de rehausser le niveau de sécurité et d’efficacité de la navigation aérienne dans la sous-région. Elle a également la responsabilité d’élaborer les textes réglementaires communautaires et d’en assurer la mise en œuvre, de former et qualifier les inspecteurs, d’assister les États membres de la Cemac.

Zacharie Roger Mbarga 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *