INTÉGRATION RÉGIONALEMAIN COURANTE

Secrétariat général de la CEEAC : Ahmad Allam-Mi élevé à la dignité de Commandeur

Le dirigeant arrivé en fin de mandat a obtenu cette distinction dans l’Ordre du mérite gabonais le 28 août dernier à Libreville du président en exercice de la CEEAC, Ali Bongo Ondimba.

Aux dirigeants méritants, la Communauté reconnaissante ! Le 28 août dernier en effet, le secrétaire général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) a été élevé à la dignité de Commandeur de l’Ordre du mérite gabonais. Ahmad Allam-Mi arrivé en fin de mandat a ainsi été honoré à Libreville au nom et à la diligence du chef de l’Etat gabonais, président en exercice de la CEEAC, Ali Bongo Ondimba. C’était au cours d’une cérémonie présidée par Pacôme Moubelet Boubeya, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères ; et en présence de l’Amiral Mounguet Ingoulet, Grand chancelier et président du Conseil des Ordres nationaux de la République du Gabon.

Au cours de la cérémonie de vendredi dernier, ce sont en réalité sept années de bons et loyaux services au profit de la Communauté qui ont été récompensées. Arrivé en 2013 à la tête du secrétariat général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi a été, au final, un des artisans de premier plan de la concrétisation d’une étape importante de la réforme au sein de l’institution sous-régionale. Le responsable communautaire peut en effet se satisfaire d’avoir pu contribuer, à un niveau élevé, à la mise sur pied de la nouvelle Commission, celle-là même qui a pris le relais du secrétariat général depuis le 31 août dernier.

Par ailleurs, pour avoir su travailler, son équipe et lui, en bonne intelligence avec le président de la République du Gabon, le diplomate tchadien s’est notamment félicité «de la franche et fructueuse collaboration qui a prévalu entre la présidence en exercice et le secrétariat général de la CEEAC tout au long du processus de réforme institutionnelle». Pour leur part, les autorités gabonaises ont confirmé la qualité de la collaboration et tenu à saluer «l’implication personnelle du récipiendaire dans l’aboutissement d’une partie du processus de réforme institutionnelle»,  a fait valoir à ce propos, le ministre d’Etat gabonais, ministre des Affaires étrangères.

Théodore Ayissi Ayissi (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *