Le satisfecit de la BEAC

Malgré une légère inflation des coûts d’émissions du marche secondaire, la banque centrale se réjouit du regain de dynamisme du marché des titres publics. 

Le Conseil de Surveillance de la Cellule de Règlement et de Conservation des Titres (CRCT) a tenu, le mercredi 26 septembre 2018, sa troisième réunion ordinaire de l’année 2018, au Siège de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) à Yaoundé en République du Cameroun, sous la présidence de Monsieur ABBAS MAHAMAT TOLLI, Gouverneur de la BEAC , son Président statutaire. Le Conseil de Surveillance a passé en revue les principales évolutions de la conjoncture économique internationale et régionale ainsi que celles du marché des titres publics émis par adjudications organisées par la BEAC à fin août 2018.

Sur le plan international, le Conseil de Surveillance a relevé que la croissance mondiale du Produit Intérieur Brut (PIB) s’est raffermie et devrait atteindre 3,9 % en décembre 2018, en dépit de l’escalade des tensions commerciales. Sur les marchés mondiaux, les cours des matières premières se sont globalement orientés à la baisse. Par ailleurs, le Conseil de Surveillance a observé le maintien des orientations accommodantes de politique monétaire au sein des principales banques centrales. Sur le plan régional, il a noté que l’activité économique dans la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) connait une légère embellie avec un taux de croissance prévisionnel de 1,9% en 2018, en liaison avec la mise en œuvre des réformes économiques, monétaires et financières prévues dans le Programme (PREF­ CEMAC) et les programmes conclus avec le FMI. Il a observé en outre que la BEAC a laissé inchangé le taux d’intérêt des appels d’offres (TIAO), son principal taux directeur, à 2,95 % depuis le 22 mars 2017.

Concernant l’activité du marché des titres publics émis par adjudications organisées par la BEAC, le Conseil de Surveillance s’est réjoui de la hausse de 54% des montants mobilisés par les Trésors publics nationaux qui se sont établis à 1 349,7 milliards de FCFA ainsi que de l’amélioration de 36 points de pourcentage du taux de couverture moyen des émissions à 152,7%. Toutefois, il déplore la progression des coûts des émissions et la diminution des opérations d’achat-vente au niveau du marché secondaire.

Par ailleurs, le Conseil de Surveillance a pris connaissance du rapport d’étape sur la fusion des marchés financiers de la CEMAC. Enfin, le Conseil de Surveillance a approuvé le projet de modèle de cahier des charges des SVT révisé et a autorisé son Président à le présenter, après la révision des textes supérieurs, au Comité Ministériel de l’UMAC pour adoption.

Fait à Yaoundé, le 26 septembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *