Route Soa-Esse-Awae : Nganou Djoumessi désavoue Atidolf

Le ministre des Travaux publics (Mintp) a officiellement déménagé l’entreprise nigériane du chantier de construction de l’axe routier.

Atidolf Nigeria Ltd (ANL), la structure en charge de réaliser les travaux de la route Soa-Esse-Awae (72 kilomètres, dans le département de la Mefou-et-Afamba), ne les exécutera plus. Après ses plaintes relatives au retard dans le paiement des décomptes, le prestataire nigérian a juste mené depuis décembre 2016, des opérations de cadrage du tracé et d’implantation de l’axe et emprises entre les localités d’Esse et d’Awae. Et puis, plus rien.

En visite sur le site le 8 octobre dernier, Emmanuel Nganou Djoumessi qu’accompagnait son secrétaire d’État, Armand Ndjodom, l’a clairement signifié au représentant local de ANL. Et pour cause: démarré le 18 octobre 2016 avec échéance de livraison fixée au 17 septembre 2019, le taux d’exécution des travaux pointe difficilement les 21 % à ce jour. Pire encore: l’entreprise avait déjà perçu 12 milliards de FCFA sur les 36, soit près de 35 % du montant alloué audit marché, arrêté à 24 mois. Pour le Mintp, c’est de l’incompétence avérée. Surtout que depuis plus de 5 mois, les travaux sont à l’arrêt; les effectifs d’ouvriers réduits à plus de 60 % et6 mois d’arriérés de salaires. Dans une lettre adressée àGrégoire Owona, ministre du Travail et de la Sécurité sociale, le 10 avril 2019, ces ouvriers révélaient que leur employeur affiche un mépris manifeste vis-à-vis des lois et règlements de travail et des conditions décentes de travail. Par-dessus tout, tous les sous-traitants ont vidé le chantier; le Libanais Badoui, PDG d’ANL, perdu de vue.

Pour sa défense, ANL (qui selon des sources au Mintp avait déjà reçu plusieurs mises en demeure) accuse la situation sécuritaire précaire dans la partie anglophone du Cameroun. Ce qui, allègue-t-elle, empêcherait le transport des engins et équipements du Nigeria vers le site.

L’axe Soa-Esse-Awae rentre dans le cadre du volet routier du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance (Planut) en décembre 2015. Il est censé avoir un profil en travers de 2×1 voies de 3,50 m, des accotements de 1,50 m de largeur et revêtus en enduit superficiel bicouches, un revêtement en béton bitumineux de 4 cm; une couche de base en grave concassée et une couche de fondation en grave latéritique. Selon les experts, il s’agit d’une dorsale qui traverse le département de la Mefou-et-Afamba d’Ouest en Est. Elle va permettre de désenclaver et de dynamiser les bassins de production.

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *