Reboisement : Le Cameroun manque à ses engagements

En 2019, le pays affiche 0% de réalisation en termes de plantation forestière.

Bien que résolu à lutter contre la déforestation, le Cameroun a manqué à ses engagements en 2019. Sur les 200 hectares de plantation que le ministère en charge des Forêts a prévu de créer sur l’ensemble du territoire l’année dernière, aucun bourgeon n’a été mis en terre. C’est précisément ce qu’a révélé Joseph Nnongwé, le 17 janvier 2020. Ce jour-là, le secrétaire général du ministère des Forêts et de la Faune (Minfof) dressait le bilan des activités de l’année 2019, lors de la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux à Jules Doret Ndongo.

Tensions de trésorerie
À en croire joseph Nnongwé, aucun m2 de plantation forestière n’a été créé, à cause des lenteurs administratives. D’ailleurs, «les procédures sont en cours pour le déblocage des financements de 2018», va-t-il justifier. Dans la même lancée que son collaborateur, Jules Doret Ndongo va indiquer que cette situation est due aux tensions de trésorerie qu’imposent les conflits sociopolitiques dans les régions du Noso (Nord-Ouest et Sud-Ouest), ainsi que dans l’Extrême-Nord.

En 2018, le Minfof promettait de planter plus de 550 000 arbres dans le pays, grâce à un financement de 600 millions FCFA. Ainsi, 40% de cette plantation étaient prévues pour les régions du septentrion (Adamaoua, Extrême-Nord, Nord) menacées par l’avancée du désert, tandis que les 60% restants seraient répartis dans les sept autres régions du pays. Compte tenu de la performance zéro enregistrée en 2019, le Cameroun, en termes de reboisement, n’a pas bougé.

Depuis 2006, année de lancement de la campagne de reboisement, seuls quatre millions d’arbres ont été plantés dans le pays sur 30 000 hectares, indique le ministère en charge des Forêts.

Joseph Julien Ondoua Owona (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *